Alès : le projet de nouvelle prison suscite des réactions mesurées

Dans le Gard, l'annonce de la construction d'une nouvelle prison à Alès se précise, mais suscite des réactions en demi-teinte des élus et des syndicats pénitentiaires. Seul le procureur d'Alès affiche son enthousiasme.

Au 10 octobre 2018, la construction d'une nouvelle maison d'arrêt près d'Alès n'avait pas encore été officialisée par les services de l'Etat. Mais le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas (Gard), confirmait avoir été approché par le préfet pour valider le choix d'un site sur sa commune. Et Jean-Michel Perret affirmait n'avoir personnellement rien à y gagner :
 

Financièrement, ça ne rapportera strictement rien à la commune [...] Je le fais par intérêt économique et sociétal pour le bassin alésien.


Un enjeu pour la future carte judiciaire


Car sur le territoire alésien, l'infrastructure était attendue. Depuis janvier 2018, 66 personnes jugées en comparution immédiate ont été  incarcérées. Le Tribunal de Grande Instance d'Alès a enregistré cette année une augmentation de près de 50% de défèrements et emprisonnements. Cette création serait donc une bonne nouvelle pour le procureur de la République d'Alès François Schneider :
 

Ce serait une très bonne nouvelle, parce que ça justifierait la présence d'un TGI sur Alès.


Des besoins aussi à Nîmes


A Nîmes, dont la maison d'arrêt est connue pour sa surpopulation carcérale, la nouvelle a aussi été bien accueillie par les syndicats de l'administration pénitentiaire, même s'ils restaient pour l'heure prudents quant à l'impact d'une nouvelle prison sur leurs conditions de travail, selon Eric Rouvière, l'UFAP :
 

Cela ne répond pas immédiatement à la situation et à la dangerosité dans les établissements pénitentiaires aujourd'hui. On a beaucoup d'agressions et on se méfie des promesses.


La députée En Marche de Nîmes mécontente


De son côté, interrogée par nos confrères d'Objectif Gard, la députée nîmoise LREM Françoise Dumas a dénoncé un "choix inadapté" au regard des besoins du département et de l'implantation des services judiciaires, selon elle davantage dans la partie sud (Nîmes) que dans la partie nord du département.
 

Rien d'officiel avant fin octobre


La construction de la nouvelle maison d'arrêt dans le Gard devrait être officialisée d'ici fin octobre 2018, de même que la création d'un autre établissement pénitentiaire à Perpignan. Un plan qui s'annonce toutefois moins ambitieux que celui présenté en février 2017 par le gouvernement Valls : ce dernier prévoyait aussi une prison à Narbonne. Cela ne semble plus être à l'ordre du jour. Voici le reportage d'Esmeralda Terpereau et Lucien Thelu.
 

 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité