Cet article date de plus de 4 ans

Alès : la feria qui vous prend aux tripes

À l'image des gens du pays, la feria d'Alès affiche cette année encore un programme des plus sérieux. Une semaine avant le bouillonement nîmois, les aficionados du sud-est aiment à se retrouver dans la capitale des Cévennes. Les toreros en quête de gloire y ont rendez vous avec les toros de respect.
La tradition est respectée : une année de plus, Alès accueille les toros du Curé de Valverde. 
Velilla (nº 3), Gastador (nº 4), Grillito (nº 5), Servicioso (nº 8),  Bonito (nº 9), Vencedor (nº 60) ajouteront ce dimanche 27 mai leur nom à la longue liste des toros du Curé qui ont semé la panique et/ou permis le triomphe sur la piste des arènes du Tempéras.
La statistique est éloquente : sur 104 toros lidiés en France (chiffre arrêté à la fin de la saison dernière), 44 l'ont été à Alès! 
Face à eux cette année : Sánchez Vara, Octavio Chacón et le triomphateur 2016 avec ces mêmes toros : Alberto Lamelas. 

Mais la feria d'Alès 2017 ne se "contente pas" d'une corrida du Curé.

Le samedi 26, une corrida concours réunit 6 élevages français : Concha y Sierra (le légendaire fer est désormais la propriété de Jean-Luc Couturier, également à la tête de la ganadería Cura de Valverde), Blohorn, Jalabert, Cuillé, Pagès Mailhan et Camino de Santiago. Pour les affronter, un cartel tout ce qu'il y a d'international : l'Espagnol Domingo López Chaves, le Mexicain Michelito et le Français Juan Leal. 

La novillada programmée le dimanche matin verra les adieux à cette catégorie du torero Vénézuélien Manolo Vanegas. Il rejoint en effet la semaine prochaine à Vic les rangs des matadores de toros. Pour sa dernière novillada, les orgnisateurs Alésiens (Didier Cabanis et feu Philippe Cuillé) qui sont également ses apoderados lui ont préparé un programme "sur mesure". Il sera seul en piste pour 4 novillos : Curé de Valverde (encore!), Escolar Gil, Puerto de San Lorenzo et Cuillé.

Une fois n'est pas coutume : on annonce grand soleil sur les Cévennes ce week-end! Et il reste des places au guichet


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie