AUDIO. "Fais-moi confiance" : le père du tireur des Cévennes implore son fils de se rendre dans un message vocal

Valentin Marcone, 29 ans, est recherché par la gendarmerie depuis plus de 48 heures dans la forêt cévenole, après le double homicide de la scierie des Plantiers dans le Gard. Dans un message audio communiqué à la presse, son père lui demande de se rendre. 

Le père de Valentin Marcone implore son fils de déposer les armes.
Le père de Valentin Marcone implore son fils de déposer les armes. © Gendarmerie du Gard

Plus de quarante-huit heures après le double meurtre de la scierie des Plantiers, dans le Gard, Valentin Marcone reste introuvable. Un large dispositif de 300 gendarmes a été déployé pour tenter de le retrouver dans la dense forêt cévenole, que le fugitif connaît bien. 

Cet homme discret de 29 ans présente un profil "dangereux", selon les enquêteurs, et serait en possession d'au moins deux armes. Son père a tenu à lui adresser un message vocal pour lui demander de se rendre : l'enregistrement a été communiqué par la gendarmerie aux médias, dont France 3 Occitanie.

LB · Tireur des Cévennes : le père de Valentin Marcone implore son fils de se rendre

"J'ai la garantie qu'il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant"

Dans ce message bouleversant de 40 secondes, le père évoque la fille et la compagne de Valentin Marcone. "Iroise est magnifique, elle a dormi dans mes bras pendant deux heures, elle est magnifique. Elle a besoin de toi, de son papa. Blandine a besoin de toi : elle est forte mais elle a besoin de toi."

Il tente également de le convaincre de déposer les armes. "J'ai la garantie qu'il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant", assure-t-il, avant de ponctuer : "Mon fils, fais-moi confiance, je t'aime : nous sommes tous avec toi."

Ce jeudi matin, un appel à témoins a été lancé pour tenter de retrouver la trace du fugitif. Depuis la fin de la matinée, la gendarmerie procède à des vérifications au nord des Plantiers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cévennes faits divers police société sécurité justice violence criminalité