Gard : à Collias, l'eau du réseau public ne peut pas être consommée en raison de particules qui la troublent

Le mercredi 17 novembre, la mairie de Collias communique à ses habitants de ne pas boire l'eau de leur robinet. En cause, son taux de turbidité supérieur à la réglementation qui la rend impropre à la consommation.

A Collias, commune du Gard de 1200 habitants, l'eau est impropre à la consommation depuis ce mardi 17 novembre. Son taux de turbidité dépasse les règlementations en vigueur. En résulte une eau trouble, chargée de particules à cause du transport dans le réseau. Des micro-organisme, de l'argile, du sable... Autant de matières qui se mêlent à l'eau. 

Jonathan Pire, maire de la commune, explique : "L'ARS a baissé le taux règlementaire de turbidité de l'eau en 2020. Avant il était à 2 et maintenant à 1." Le taux actuel de turbidité de l'eau colliassoise est de 1,2.  Avec les anciens paramètres, l'eau aurait donc pu être consommée.

Un phénomène récurrent

La pluie favorise l'apparition de ces particules dans l'eau. Le phénomène n'est pas isolé, comme l'explique Gabriel, gérant du restaurant Le Bajana à Collias : "L'eau monte dans le Gardon et redescend. C'est récurrent, on a eu le souci trois fois cette année."

Le maire a analysé les données sanitaires depuis 1996. En effet, les épisodes d'eau trouble ont été plus que récurrents. "En général, le problème survient de septembre à février suite aux crues" détaille Jonathan Pire.

L'aide aux habitants s'organise

Chaque jour, une bouteille d'un litre et demi est prévue par habitant par la mairie. Depuis mardi, peu de Colliassois sont venus à la distribution. "On a distribué 141 bouteilles pour 1200 habitants pour le moment. 13% de la population sont venus, le reste se débrouille."

Les commerçants aussi s'arrangent. Au Bajana, Gabriel raconte : "Il faut qu'on achète de l'eau pour les clients. Pour la cuisine ce n'est pas un problème car on fait bouillir l'eau." Le maire de Collias dit avoir concentré son aide aux administrés et aux personnes isolées.

Des solutions possibles mais coûteuses

L'une des solutions est de se tourner vers le syndicat de l'eau qui regroupe 4 communes voisines. "L'idée serait de se raccorder au réseau des communes voisines pour fournir de l'eau de secours."

Contrairement au passé, on ne reste pas dans l'immobilisme

Jonathan Pire, maire de Collias

Autre option : investir dans une usine à filtration. Or ces solutions sont coûteuses. "Le problème est financier pour les deux solutions car on n'a pas les capacités pour financer" explique le maire.

Jonathan Pire espère obtenir très prochainement un rendez-vous avec l'Agence Régionale de Santé et avec l'agence de l'eau. En attendant, la distribution de bouteilles se poursuit jusqu'à lundi au minimum.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société environnement