Gard : le village de Caveirac sous le choc après la libération de l'instituteur suspecté de pédophilie

Caveirac (Gard) - l'école maternelle - septembre 2017. / © F3 LR
Caveirac (Gard) - l'école maternelle - septembre 2017. / © F3 LR

Un ancien instituteur de Caveirac, près de Nîmes, dans le Gard vient d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire. L'homme était en détention provisoire depuis près de 30 mois pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. Cette décision choque et indigne les familles des victimes présumées.

Par Fabrice Dubault


Arrêté en 2017, le jour de la rentrée des classes, le pédophile présumé vient d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire. Instituteur à l'école maternelle de Caveirac, au moment des faits, l'homme de 60 ans était en détention provisoire depuis 2 ans et demi pour des soupçons de viols et d'agressions sexuelles sur des enfants âgés de 4 ans. Les crimes se seraient passés durant les temps de sieste.

Dans le village de Caveirac, c'est la stupéfaction.
Les familles des victimes ne comprennent pas la décision de justice qui a permis de le remettre en liberté. Les parents des très jeunes enfants abusés n'ont aucune information sur les conditions de sa libération.
 

On sait juste qu'il doit pointer tous les jours et qu'il a interdiction de s'approcher d'enfants. On ne sait même pas où il est. Mais il lui est interdit de venir à Nîmes et à Caveirac. Surtout, on ne comprend pas pourquoi il est dehors après ce qu'il a fait à nos enfants, les faits sont graves !" s'inquiète le père d'une petite victime.


Maître Aoudia est l'avocate de 5 familles de victimes. Elle espère obtenir dans les jours qui viennent l'ordonnance rédigée par le juge d'instruction afin de comprendre la réelle motivation de la remise en liberté de l'ex instituteur.
 

Il semblerait que sa remise en liberté soit en lien avec son état de santé. Mais c'est frustrant de constater que cet individu est en liberté et que potentiellement il peut réitérer ces actes criminels. Toutefois, il doit y avoir un procès.


L'avocat du pédophile présumé, joint par France 3, n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus