Aucun bus Tango n' a circulé à Nîmes ce matin suite à un mouvement de grève

Aucune ligne de bus Tango n'a circulé à Nïmes ce matin suite à une mouvement de grève. Les salariés de la société Kéolis Languedoc ont bloqué la sortie des bus au niveau du dépôt. Les lignes scolaires fonctionnent normalement. Le trafic a repris progressivement à partir de 10h00.

Un bus à Nîmes
Un bus à Nîmes © T. Selliez Maxppp

Des palettes et des pneus ont  bloqué ce lundi 17 mai le dépôt des bus situé à Nîmes. Selon la direction du réseauTransdev, aucun bus urbain n'a circulé ce matin, pas plus que les Tram-bus sur les lignes T1 et T2 dans le centre-ville. Seuls les bus extra-urbains et les bus scolaires ont circulé ce matin.

Le dépot a été bloqué par des salariès de la société Keolis Languedoc, une société extérieure à Transdev qui gère les bus Tango à Nîmes.

A 8h30 ce matin, la direction espérait que  la situation soit débloquée au mieux dans la matinée. 

J'espère que le dépôt sera libéré dans la matinée et que le trafic pourra reprendre. Je n'ai pas les moyens de négocier, ce ne sont pas mes salariés. 

Ludovic Martin, directeur général Transdev

 

Une trentaine de salariés bloquent le dépôt des bus à Nîmes
Une trentaine de salariés bloquent le dépôt des bus à Nîmes © J.Mériot FTV

Revendications salariales 

Une trentaine de salariés de Kéolis Languedoc ont  bloqué le dépôt dès 5h30 ce matin avec des revendications salariales : 55 % de l' effectif des chauffeurs de bus est en grève aujourd 'hui.

" Nous demandons à notre direction des augmentations de salaires et de mettre un terme à l'annualisation des salaires afin de percevoir nos heures supplémentaires ," explique Sébastien Danis de la CGT Kéolis. Les salariés ont choisi d'empêcher les bus  tango de circuler dans Nîmes afin d'impacter et de faire réagir la direction de leur société. 

Nous allons commencer à libérer le trafic des bus à partir de 10H00 ce matin. 

Sébastien Danis, CGT Kéolis Languedoc

Du côté de la direction 

Kéolis Languedoc est une société active depuis 33 ans. Localisée à Nîmes, elle est spécialisée dans le secteur d'activité des autres transports routiers de voyageurs. La société, basée à Paris, est détenue à 70 % par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et à 30 % par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La direction Nîmoise annonce une baisse de son chiffre d'affaires de 50 % sur l'année 2020. 

 Les salaires sont gelés cette année 

Benoît Pomarède, directeur Kéolis Nîmes

" Nous avons toujours des discussions ouvertes, nous avons reçu les représentants du personnel le 11 mai. Aujourd'hui, il y a une situation de blocage sur les demandes de revalorisation salariale. Notre société, avec des résultats déficitaires en 2020, ne peut pas augmenter les salaires,"  justifie Benoît Pomarède, directeur de Kéolis Nîmes. 

Le trafic des bus urbains a repris progressivement à partir de 10h00 ce matin. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports grève social