Confinement coronavirus et Football L1 : stopper la saison est logique pour l’entraîneur de Nîmes Olympiques

Pour Bernard Blaquart, entraîneur du Nîmes Olympiques : "Il y a évidemment des intérêts économiques (...) mais la santé de tous doit primer." / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Pour Bernard Blaquart, entraîneur du Nîmes Olympiques : "Il y a évidemment des intérêts économiques (...) mais la santé de tous doit primer." / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Le coach du Nîmes Olympique, Bernard Blaquart, juge cohérente la décision d’arrêter le championnat de France de Ligue 1 de football. Mais il s’interroge sur les conditions de la reprise de l’entraînement.
 

Par Eric Félix

Le Premier Ministre l’avait annoncé mardi, le Bureau de la Ligue Nationale de Football l’a recommandé ce jeudi matin, le conseil d’administration de la LFP l’a acté dans la foulée : il n’y aura pas de reprise de la saison 2019-2020 de Ligue 1.
Le classement final est établi à partir de critères de performance tenant compte des points obtenus et des matchs joués. Le PSG est champion, Montpellier finit 8ème, Amiens et Toulouse sont relégués et Nîmes, 18ème, se maintient, les barrages étant supprimés.
Classement Ligue 1 Football saison 2019-2020 arrêté par la Ligue Nationale de Football le 30 avril 2020 / © Ligue Nationale de Football
Classement Ligue 1 Football saison 2019-2020 arrêté par la Ligue Nationale de Football le 30 avril 2020 / © Ligue Nationale de Football


Nîmes échappe aux barrages


Cette situation exceptionnelle arrange les affaires du Nîmes Olympique qui, en raison de sa 18ème place, aurait dû disputer des barrages contre les meilleures équipes de Ligue 2. Ce ne sera pas le cas. ‘"Notre maintien est du coup assuré, dit l'entraîneur du club gardois Bernard Blaquart. Mais les prétendants de Ligue 2 ne seront sûrement pas contents et risquent de parler d’injustice Mais dans tous les cas, il y aurait eu forcément une part d’injustice.’’

Pour lui,

C’est ce qu’il fallait faire et cela nous arrange.

Et d'estimer ces décisions logiques : "Evidemment, quelle que soit l’option retenue pour les qualifications européennes, les relégations et les montées de Ligue 2, il y aurait eu des déçus. Mais si l’on applique le règlement de la LFP à la lettre, il ne peut pas y avoir de contestation.’’ Celui-ci prévoit qu’en cas d’arrêt définitif, le classement provisoire devient définitif.


Pas de Ligue 1 à 22 clubs


L’hypothèse d’une Ligue 1 à 22 clubs avait été avancée, en évitant des relégations et en acceptant deux montées de clubs de Ligue 2, Lorient, 1er, et Lens, 2ème. "Si l’on avait dû disputer quatre matchs de plus la saison prochaine, reconnait l’entraîneur gardois, nous aurions eu un calendrier encore plus chargé mais cela paraissait jouable."

Par ailleurs, Bernard Blaquart juge indécente cette bataille de propositions émanant de plusieurs présidents de clubs pour essayer coûte que coûte de boucler cette saison :

Il y a évidemment des intérêts économiques derrière tout cela et des places en Coupe d’Europe en jeu. Mais la santé de tous doit primer. Ne faisons pas n’importe quoi.

Quand et comment reprendre l’entraînement ?

Encore de longues semaines avant de retrouver un entraînement avec tous les joueurs côte à côte sur un même terrain. / © FTV France 3 Occitanie
Encore de longues semaines avant de retrouver un entraînement avec tous les joueurs côte à côte sur un même terrain. / © FTV France 3 Occitanie

Bernard Blaquart s’inquiète surtout aujourd’hui des conditions de reprise : quand sera-t-il possible de reprendre l’entraînement, puis la compétition et avec quel protocole sanitaire ?

Je ne suis pas favorable à des matchs joués à huis-clos sauf si c’était la seule solution et pour une durée très limitée. Mais nous ne sommes pas prêts de revivre comme avant. 

Le conseil d’administration de la LFP rappelle l’objectif de démarrer Ligue 1 et Ligue 2 au plus tard les 22 et 23 août.

En attendant, Bernard Blaquart a transmis un programme d’entretien physique à ses joueurs : L’idéal serait de reprendre le chemin des terrains d’entraînement fin juin. Mais il faudrait une reprise plus longue que d’habitude, quitte à l’entrecouper de deux ou trois pauses de quelques jours." 

Du côté du voisin montpelliérain, dans un communiqué, le MHSC a simplement précisé que :

La seule volonté qui nous anime est de reprendre notre activité mais seulement quand la sécurité de toutes et tous sera assurée.


Jamais en tous cas, les footballeurs français n’auront connu une interruption aussi longue.



 

Sur le même sujet

Les + Lus