Coronavirus et feria de Nîmes : l'organisation sanitaire draconienne de la préfecture inquiète les commerçants

Maintenir l'activité coûte que coûte pour la feria des Vendanges... C'est la volonté de nombreux commerçants de Nîmes mais des questions se posent à une semaine du lancement des festivités. Pourront-ils respecter les règles sanitaires ? La feria des Vendanges 2020 aura lieu du 17 au 20 septembre.
Nîmes - le port du masque obligatoire dans la ville - septembre 2020.
Nîmes - le port du masque obligatoire dans la ville - septembre 2020. © F3 LR
Les commerçants de Nîmes attendent beaucoup, financièrement, de la feria des Vendanges après l'annulation de celle de la Pentecôte. Mais le maitien des festivités, même "light", se fera au prix de règles sanitaires strictes, d'autant que le Gard est placé en zone rouge de circulation du virus du Covid-19.

Déjà le port du masque sera obligatoire partout, sauf pour manger assis dans les restaurants.

Des commerçants inquiets des contraintes

Les contraintes imposées par le préfet et la préfecture du Gard semblent très difficiles à respecter. Mais elles sont indispensables à le tenue de cette manifestation populaire qui rassemble beaucoup de monde chaque année.
Le but est d'éviter la création de clusters de Covid-19 à Nîmes et une contamination des visiteurs qui pourrait se propager sur tout le territoire, une fois rentrés chez eux.
Chez les restaurateurs, on se prépare au mieux.

Moi, j'aurai préféré ne rien faire. Que l'on soit fermé. Mais comme la feria est maintenue et que nous sommes au pied des arènes, on ouvrira. Mais si c'est ingérable à cause des contraintes, on va fermer. On va pas s'emm*****.

Hubert Ratel, hôtelier restaurateur à Nîmes.

Mais le problème se pose encore plus dans les bars.
La gestion des clients qui auront envie de boire et de consommer un verre d'alcool au comptoir, malgré l'interdiction, sera difficile voire impossible. 
En l'absence de bodéga, les festivités après les corridas seront nettement réduites. Les responsables de bars craignent des débordements, et pire une fermeture administrative. 

On va transformer un peu nos bars en devenant plus restaurant que bistrot. On a pas le choix.

Anthony Jacucci, gérant du bar à Nîmes.

Une feria "light" avec 5.000 spectateurs seulement dans les arènes

Ce ne sera pas une feria des Vendanges comme les autres. L'aspect festif sera nettement amoindri.

Il n'y aura pas de bodegas, il y aura des bandas mais elles n'auront pas le droit d'être statiques. Et dans les arènes, il faudra porter le masque et il ne pourra pas y avoir plus de 5.000 spectateurs pour une capacité habituelle de 25.000 places.

Didier Lauga, préfet du Gard le 28 août 2020.

Seuls les cafés et les restaurants habituels joueront leur rôle.

Les établissements ont également obligation de fermer à 1h du matin au lieu de 4h habituellement. Une ambiance un peu triste pour être appréciée selon certains aficionados… et surtout un peu trop triste pour être respectée aussi. La fête sera donc "light".

Autre inquiétude des commerçants : la naissance d'un cluster entre le 17 et le 20 septembre et les risques économiques de devoir à nouveau fermer boutique.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féria de nîmes fêtes locales événements sorties et loisirs covid-19 santé société tauromachie culture culture régionale