Démantèlement d'un gang de voleurs de croquettes pour chiens et chats en provenance du Gard

Les gendarmes ont mis fin à un trafic de croquettes animales produites par l'usine de Royal Canin à Aimargues, au sud de Nîmes. / © Gendarmerie du Gard
Les gendarmes ont mis fin à un trafic de croquettes animales produites par l'usine de Royal Canin à Aimargues, au sud de Nîmes. / © Gendarmerie du Gard

Les gendarmes ont mis fin à un trafic de croquettes animales produites par l'usine de Royal Canin à Aimargues, au sud de Nîmes.

Par Olivier Le Creurer

L'enquête ne dit pas si le chien, spécialisé dans la recherche de produits stupéfiants a également été attiré par l'odeur des croquettes ! Toujours est-il que lundi 14 octobre, cinq personnes ont été interpellées par les gendarmes de Vauvert, appuyés des militaires de la gendarmerie d'Arles et renforcés par les maîtres-chiens de Nîmes.

320 sacs de croquettes


Les perquisitions ont permis de découvrir près de 320 sacs de croquettes (2 340 kg) d'une valeur marchande de plus de 11 000€.  " C'était un commerce juteux, de produits aliementaires pour animaux à plus de 100 euros le sac revendus, 40 % moins cher", précise le lieutenant Antony Lahmal, commandant de la brigade de gendarmerie de Vauvert qui a mené l'enquête.  Et également de 250 grammes d'herbe de cannabis ont pu être trouvés par le chien stup de l'équipe cynophile. 
 

Revente sur internet à bas prix

Environ deux tonnes et demie de croquettes ont été saisies lors des perquisitions menées chez les supects, trois hommes et de ux femmes-, qui étaient en garde à vue dans la journée de mardi à la brigade de gendarmerie de Vauvert.

C'était une organisation typique de celle des réseaux de trafic de stupéfiants

Les voleurs présumés, bien organisés, dérobaient les sachets destinés à l'exportation vers l'Etranger durant le Fret. Ensuite l'un d'eux procédait au stockage, trois autres étaient chargé de la revente sur internet à bas prix,  via les réseaux sociaux. "C'était une organisation typique de celle des réseaux de trafic de stupéfiants", ajoute le lieutenant Antony Lahmal.

 

Un flair hors pair

Cette opération a nécessité plus d'un mois d'investigations pour aboutir à cette opération grâce à l'action de 50 militaires de la gendarmerie sous le contrôle d'un enquêteur de la brigade de recherche de Vauvert. L'enquête a démarré suite à une plainte de Royal Canin. La société ayant appris par certains de ses renvendeurs et des vétérinaires que des produits étaient proposés à bas prix sur des réseaux parallèles.

Les sachets saisis seront restitués à la maison mère Royal Canin. En espérant que les chiens aient obtenu une bonne ration en remerciement du travail accompli.
 

Sur le même sujet

Les + Lus