La feria de Nîmes, une aubaine pour les restaurateurs et les commerçants

La feria de Nîmes, une aubaine pour les restaurateurs et les commerçants
Intervenants : Francis, vendeur de chouchous // Martial, créateur de t-shirt // Sylvain, restaurateur - Hélène Archila, Michaël Hahn

10€ de bénéfice sur une portion de paëlla, de la bière pour 5 millions d’euros, des gadgets en vente… La feria est aussi une très bonne occasion économique pour les commerçants et restaurateurs locaux.

Par P.S.

Chapeau, chouchous, bonbons, tee shirt, etc. Du souvenir classique au plus insolite, la feria est une grosse machine à  billets. Cinq jours où le plaisir et la fête se conjuguent avec consommer sans compter.

Depuis 20 ans, Francis et son stand de bonbon participent à la feria. Il paye son emplacement 300 euros. En cinq jours, il a écoulé plus de 50 kilos de chouchous et autant de bonbons.

50 kg de chouchous

Mais les grands gagnants de la feria, ce sont les restaurants du centre ville. Ils ont un produit phare et surtout très rentable : la paëlla. 13 euros la portion, 10 dans la poche des restaurateurs. Et avec ses 300 couverts par jour, les comptes  de Sylvain, restaurateur, sont vite faits : "Ca représente 30 % pour la saison", reconnaît-il.

Pour accompagner les repas et un peu plus, la consommation de bière représente à elle seule cinq millions d’euros.

Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus