Deux gendarmes percutés par un chauffard près d'Arles

Un homme qui a forcé un barrage de gendarmerie à Fourques, dans le Gard, a provoqué un grave accident de la route blessant gravement un conducteur de camion et deux motards de la gendarmerie, mercredi 18 novembre dans l'après-midi. 
Les gendarmes à la recherche du moindre indice au lendemain du grave accident.
Les gendarmes à la recherche du moindre indice au lendemain du grave accident. © J. Sanna / FTVI
Un conducteur a provoqué un grave accident de la circulation après avoir forcé un barrage de gendarmerie à Fourques, dans le Gard, mercredi 18 novembre dans l'après-midi. Deux motards de la gendarmerie ont été gravement blessés ainsi qu'un conducteur de poids lourd se trouvant à proximité, annonce le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel.

Vers 17h30, un homme à bord d'une voiture volée dans les Bouches-du-Rhône, est arrêté pour un contrôle alors qu'il venait de Bellegarde, sur le pont du Petit Rhône, sur la D6113. Il force le barrage, franchissant le pont sur lequel il heurte violemment un camion venant en face. Dévié, le camion a percuté deux gendarmes à moto qui suivaient la voiture. L'homme a pris la fuite.

Le chauffard recherché

Le conducteur du camion a été très sérieusement blessé, et a dû être désincarcéré du véhicule pendant plus de deux heures dans la soirée "à cause de la complexité du travail à réaliser au vue de la position du poids lourd", signalent les pompiers. Son pronostic vital n'était alors pas engagé mais ses blessures étaient très préoccupantes, il a donc été héliporté vers Marseille. Les deux gendarmes sont également gravement blessés, leur pronostic vital n'est pas engagé. Ils ont été transportés vers les centres hospitaliers d'Arles et le CHU Carémeau à Nîmes. Les secours des deux départements ont été dépéchés sur place.

Pour retrouver l'homme en fuite, un important dispositif de gendarmerie a été déployé des deux côtés du Rhône, dont des chiens pisteurs et un hélicoptère de gendarmerie. L'enquête a été confiée à la brigade de recherche de Nîmes. "On avait déjà au moment du contrôle une soixantaine de personnel dans le secteur. rapidement le dispositif est monté en puissance. Pour autant, l'automobiliste est toujours en fuite. Il est activement recherché," explique Colonel Laurent Haas, Chef du groupement de gendarmerie du Gard, ce jeudi après-midi.

La circulation fermée toute la journée sur le pont devait être rétablie en fin d'après-midi aux voitures. Elle sera néanmoins interdite aux poids-lourds jusqu'à la fin des travaux de réparation du pont.
 

Une "banalisation insupportable" des violences sur les forces de l'ordre

Cet accident survient dans un contexte de colère des forces de l'ordre après plusieurs cas similaires de barrages forcés, entraînant des blessures graves chez des policiers ou des gendarmes. À Perpignan, mercredi, se tenait le procès d'un chauffard qui avait renversé, le 18 octobre dernier, un policier au niveau du péage du Boulou, dans les Pyrénées-Orientales. L'agent de la police aux frontières avait été gravement atteint, avec 45 jours d'ITT. Le conducteur de trente ans a été condamné à 5 ans de prison dont 2 avec sursis avec mandat de dépôt.

"C'est le procès de la banalisation insupportable de la violence sur les forces de l'ordre", a déclaré le délégué départemental du syndicat policier Alliance, Franck Rovira, à l'issue du procès.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers police société sécurité sécurité routière accident