Gard : démission de Julien Plantier, numéro deux des Républicains dans le département

Plus sur le thème :

Julien Plantier a annoncé sa décision ce mardi 26 avril : il démissionne de son poste de secrétaire départemental adjoint des Républicains. Julien Plantier reste premier adjoint de la ville de Nîmes.

Sale temps pour les Républicains ! Après le résultat catastrophique de leur candidate Valérie Pécresse au premier tour de l'élection présidentielle, les défections d'élus commencent pour le parti de tradition gaulliste. Julien Plantier, le secrétaire départemental adjoint des Républicains dans le Gard, a annoncé ce mardi 26 avril dans un communiqué, qu'il démissionne de cette fonction.

Julien Plantier en a expliqué les raisons devant la caméra de France 3 pays gardois : "Aujourd'hui, je ne me retrouve pas dans le discours du président Macron. Je ne me retrouve pas dans les paroles, les propos et les projets des courants extrémistes." Plutôt que de choisir l'alliance avec l'un des deux camps, l'élu a donc préféré démissionner de son poste de responsable adjoint des Républicains du Gard.

Pour envoyer un message de renouvellement aux adhérents et sympathisants : "Je ne m'y retrouve pas en tant que responsable. Mais je m'y retrouve en tant qu'adhérent et militant de cette famille politique. Aujourd'hui cette droite doit se reconstruire au niveau des territoires. Et c'est comme ça qu'il faut qu'on redonne une certaine confiance."

Julien Plantier a annoncé qu'il soutiendra les candidats de sa famille politique aux élections législatives et qu'il n'a pas l'intention de démissionner de son poste de premier adjoint à la ville de Nîmes.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité