La médiation animale est de plus en plus pratiquée dans les maisons de retraite. Dans le Gard, des lamas ont ainsi rendu visite aux pensionnaires d'une maison de retraite de Nîmes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des lamas dans une maison de retraite pour une lama-thérapie ! Ils s'appellent Kiros et Isidore, et ce sont deux spécimens venus d'une ferme gardoise. Cette semaine, pour un après-midi, ils étaient les vedettes d'une maison de retraite à Nîmes.  "J'ai proposé cette animation autour de la lama-thérapie pour proposer de la médiation animale et leur permettre d'avoir un contact avec les animaux, même si c'est ponctuellement. et récréer un petit peu ces liens qu'ils ont très souvent pour la plupart eus avec leurs propres animaux de compagnie," explique Stéphanie Villard, la directrice de la résidence Sénioriales de Nîmes. 

Pour être précis, Kiros et Isidore sont en fait des alpagas : des camélidés, comme leurs cousins lamas, mais plus petits. Ils sont aussi originaires d'Amérique du Sud. Et ont un poil soyeux, dont on peut faire de la laine. Une douceur manifestement appréciée des ainés qui ont pu les rencontrer.

Médiation animale

C'est le principe de la médiation animale : les animaux vont apaiser les humains avec qui ils seront en contact mais aussi être vecteurs de stimulations et d'échanges. "Ca peut être un moyen de plénitude, de relaxation : ils ont l'air tellement calmes !", confirme Lucette. Rejointe par Renée, une autre résidente : "Je pense qu'il y a des gens qui aiment caresser les animaux. Ca les réconforte. Ils cherchent auprès de animaux ce qu'ils n'ont pas auprès des humains." 

Kiros et Isidore ne sont pas venus de loin, ils sont arrivés en voisin de leur ferme gardoise. Installée à Vauvert avec son mari depuis 2020, Boëlle Briau a créé une ferme pédagogique et propose depuis peu des ateliers dans des maisons de retraite : "Même des personnes qui sont déprimées ou qui sont un peu renfermées sur elles-mêmes, quand elles voient ces animaux arriver, on voit le sourire," s'émerveille la propriétaire des alpagas.

Après les chiens, les chevaux ou les serpents, voilà un nouvel animal qui rejoint les rangs des compagnons qui font du bien aux aînés.