Gare TGV de Nîmes-Pont-du-Gard : les élus demandent une liaison ferroviaire directe avec la gare de Nîmes-centre

Des élus gardois et des présidents d'agglomération se sont rassemblés, ce vendredi, à la gare TGV de Nîmes-Pont-du-Gard. Ils demandent à l'Etat et à la SNCF de financer une 3ème voie ferrée reliant la nouvelle gare de Manduel à celle du centre-ville de Nîmes.

Des élus demandent une liaison ferrée entre la gare TGV de Manduel et celle du centre historique de Nîmes.
Des élus demandent une liaison ferrée entre la gare TGV de Manduel et celle du centre historique de Nîmes. © J.Mériot FTV

Une gare perdue au milieu des champs, isolée de Nîmes et du reste du département du Gard. Plus d'un an après son entrée en service, la gare TGV de Nîmes-Pont du Gard est loin de jouer le rôle de pôle d'échanges que ses promoteurs lui avaient assigné. Même si à terme, elle verra s'arrêter 23 TGV quotidiens, aujourd'hui, il n'y en a que 7.

Compte-tenu des contraintes que nous avons, c'est un peu une gare cul-de-sac, une gare bout-du-monde pour différentes raisons.  

Franck Proust, président de Nîmes Métropole.

La principale raison, c'est l'absence de voie ferrée entre cette nouvelle gare et celle historique de Nîmes-Centre. Plombée par les mauvaises correspondances entre TGV et Trains Express Régionaux, la gare rebute les voyageurs. Des cars ont été mis en place vers Nîmes-Centre mais le trajet tout compris dure 45 minutes pour 14 kilomètres. Une aberration.

Nous sommes, avec le nord du Gard et le bassin d'Alès, la seule région française qui s'est éloignée ces dix dernières années de Paris à cause de cette gare. Aujourd'hui, tout le monde veut se rapprocher de Paris et nous, en TGV, nous avons perdu plus d'une 1/2 heure, c 'est inacceptable ! 

Christophe Rivenq, président du pôle métropolitain Nîmes-Alès

Vers une 3ème voie ?

Pour les élus de tous bords réunis à Manduel, la solution existe, c'est la construction d'une voie ferrée reliant Nîmes-Pont-du-Gard à la gare historique du centre de Nîmes. Dite 3ème voie.
Son emplacement avait été prévu dès la conception. L'espace pour construire une voie ferrée a été réservé, le quai est déjà construit, ne manque plus qu'à constituer un ballast et à poser des rails. Mais avant, il faut trouver l'argent pour les travaux.

Aujourd'hui, il y a 12 millions d'euros d'économie par rapport à des choix techniques qui ont été faits en 2017. Il y avait eu une réunion en 2017 en Préfecture du Gard qui avait stipulé que ces 12 millions devaient être affectés à la 3ème voie. Tout les partenaires, Région, département, Villes et Agglos étaient d'accord. Depuis, c'est le silence complet ! 

Franck Proust, président de Nîmes Métropole

L'appel des élus du Gard sera-t-il entendu ?  Réponse dans les prochains mois. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports lgv sncf travaux ferroviaires