Grève des taxis : mécontents de la nouvelle convention avec la sécurité sociale, les professionnels en colère manifestent à Nîmes

Venus de plusieurs départements du sud de la France, des centaines de taxis se sont donné rendez-vous à Nîmes ce lundi 4 mars en début de matinée. Ils protestent contre la nouvelle convention qui les lie à la sécurité sociale concernant les conditions de transport des malades.

Plusieurs dizaines de taxis se sont rassemblés ce lundi matin 4 mars à l'entrée de l'autoroute A 9. Ils se sont donné rendez-vous au kilomètre delta à et de Nîmes-ouest. Des taxis venant du Gard mais aussi de l'Hérault, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône mais également de l'Aveyron et de l'Ardèche doivent  converger vers la capitale gardoise.

Circulation paralysée

La circulation déjà compliquée en temps normal aux heures de pointe, à l'entrée de la ville, est paralysée. Les transports en commun fortement impactés.

Une opération escargot est prévue dans la journée. Les taxis iront à la CPAM. Ce type d'opération a lieu dans toute la France à l'appel de la FNAT, la Fédération nationale des artisans du taxi . Les chauffeurs de taxi protestent contre la nouvelle convention qui les lie à la sécurité sociale.

"Les ministères des transports et de la santé ne répondent pas aux sollicitations de nos fédérations nationales. Localement, la CPAM du Gard et la Préfecture n’ont pas répondu à notre demande de rendez-vous conjointe. À l’initiative de l’Intersyndicale gardoise, les taxis veulent faire valoir leurs revendications", explique l'intersyndicale gardoise.

Nouvelle convention avec la CPAM

Les chauffeurs de taxi manifestent contre la nouvelle convention qui doit être signée avec la CPAM concernant les transports de patients. Cette convention est négociée tous les 5 ans entre les CPAM départementales [dépendantes en partie des directives de la CNAM, NDLR] et les taxis.

Y sont étudiés les tarifs auxquels les patients sont remboursés et donc le prix des courses. Certaines de ces courses ne seraient pas revalorisées dans la nouvelle convention. Elle les obligerait aussi à prendre plusieurs patients en même temps.

Dans le rural, ces transports sanitaires représentent une part importante du revenu des chauffeurs de taxi.