"La santé avant la politique" : le coup de gueule du maire de Bellegarde qui demande le report des élections

Sa mairie sert actuellement de centre de vaccination. Dans le Gard, le maire de Bellegarde demande le report des élections régionales et départementales prévues en juin prochain. Au-delà du risque de contamination supplémentaire, Juan Martinez s'inquiète d'une abstention massive.

Juan Martinez a déclenché une vague de protestations des élus du Gard et de l'Hérault contre la tenue en juin des élections.
Juan Martinez a déclenché une vague de protestations des élus du Gard et de l'Hérault contre la tenue en juin des élections. © F3 Pays gardois

La politique peut attendre, pas la santé. C'est en résumé l'avis du maire de Bellegarde, Juan Martinez, qui demande un nouveau report des élections départementales et régionales déjà reprogrammées pour juin prochain. Un avis partagé par de nombreux élus gardois, à en croire les messages postés sur les réseaux sociaux après le "coup de gueule" de Juan Martinez. 

La santé avant la politique

La semaine dernière, le conseil scientifique a donné quelques préconisations sanitaires en cas de maintien du scrutin en juin, comme des bureaux de votes en extérieur et tenus par des personnes vaccinées. A Bellegarde, où les bureaux de votes habituels sont actuellement occupés par le centre de vaccination, le maire demande un report des élections. Pour lui, la santé doit passer avant tout.

On est en période de pandémie encore agressive où le virus circule et où les gens ne sont pas encore vaccinés. Quand je discute avec mes concitoyens, il ne sont pas du tout dans une compagne électorale, ni pour les départementales, ni pour les régionales.

Juan Martinez, maire SE Bellegarde

Les recommandations du conseil scientifique un peu floues

"Les maires se sont tous impliqués dans la gestion de la pandémie, pour vacciner la population. La politique peut attendre!" enchaîne le maire, perplexe après les récentes déclarations du conseil scientifique. Ce Conseil a donné devant l'assemblée nationale son avis sur les élections prévues en juin, tout en disant en préambule qu'il était trop tôt pour apprécier l'évolution de la pandémie et que de toute façon, la décision incombait aux politiques.

Qui va porter la responsabilité des scrutins? On nous parle de vote à l'extérieur dans la mesure du possible, de personnes testées, vaccinées. Qui va accepter ou non qu'untel puisse tenir le bureau de vote ou voter? Le maire?

Juan Martinez, maire de Bellegarde

 Et Juan Martinez de conclure que dans son rapport, le conseil scientifique n'exclut pas de nouveaux clusters liés aux élections. Un maire d'autant plus sensibilisé que sa commune a été une des rares dans le Gard à devoir affronter une forte contamination l'été dernier.

Un avis loin d'être isolé

Son coup de gueule, le maire de Bellegarde l'a partagé sur les réseaux sociaux.  Résultat, le soutien de nombreux élus gardois ou héraultais ne s'est pas fait attendre. C'est le cas de Patrick Malavieille, maire de la Grand-Combe et conseiller départemental, ainsi que Philippe Ribot, le président de l'association des maires du Gard qui partagent le même point de vue : ces élections ne sont pas prioritaires par rapport à la santé, et la démocratie n'est pas, selon eux, en danger si on attend que la pandémie se calme. Bien au contraire.

Le coup de gueule du maire de Bellegarde a provoqué de nombreux soutiens parmi les élus.
Le coup de gueule du maire de Bellegarde a provoqué de nombreux soutiens parmi les élus. © F3 Pays gardois

La crainte d'une abstention massive

Ces élections départementales et régionales ne sont pas celles qui font déplacer les foules d'habitude... alors en temps de pandémie, nombreux sont les élus à craindre une abstention record, d'autant plus que les campagnes électorales classiques, avec réunions, tractage et porte-à-porte sont totalement impensables dans le contexte actuel. Des élections dans ces conditions donneraient un avantage certain aux élus sortants.

"On nous dit qu'on a voté au Portugal en janvier... 36% de participation... Moi je souhaite que les gens prennent part à une campagne apaisée, sereine, que les gens soient bien informés et votent dans les meilleures conditions"

Juan Martinez, maire de Bellegarde

Au second tour des municipales, seuls 41% des inscrits s'étaient rendus aux urnes. Quant au premier tour, en tout début de pandémie, il avait été l'occasion, comme on a pu le constater dans les semaines qui ont suivi, d'une vaste chaine de contamination parmi les candidats et les assesseurs. 

Le reportage à Bellegarde de Pauline Pidoux et Audrey Guiraud pour France 3 Pays gardois.
 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections politique covid-19 santé société vaccins - covid-19