Les enchères internationales flambent pour une vente d'estampes japonaises d'Hiroshige découvertes dans les Cévennes

Les enchères se sont envolées à l'hôtel des ventes de Nîmes, ce jeudi après-midi. Deux lots de plusieurs estampes japonaises d'un artiste réputé viennent d’y être vendus. Mises à prix 10.000 euros, ces œuvres d'art ont trouvé preneur à 32.000 et 115.000 euros.

Ces estampes japonaises du XIXème siècle constituent un vrai trésor. Le commissaire-priseur Frank Puaux les a découvertes au hasard d’une expertise, dans une bibliothèque privée des Cévennes gardoises.

Le journal datait de 1937, j'ai tout de suite vu que j'avais à faire à des oeuvres anciennes. Des estampes réalisées par un artiste très célèbre, Hiroshige, un auteur très recherché aujourd'hui.

Maître Frank Puaux, commissaire-priseur à Nîmes.

Des gravures qui représentent le Japon, Tokyo et le Mont Fuji, vers 1850, avant la modernisation de cette grande Île du Pacifique.

Des recueils complets d'Hiroshige

Chose rare, les deux recueils sont complets. Ce qui explique d’ailleurs l’engouement des passionnés lors de leur mise en vente aux enchères à Nîmes.

Il s'agit de deux recueils : "Les 100 vues d'Edo" (Edo étant Tokyo) et "Les 34 vues du Mont Fuji", lieu mythique et point culminant du Japon.

Ces estampes ont énormément inspiré les artistes européens du XIXème siècle, dont Van Gogh. Le mouvement artistique est reconnu pour le travail considérable qui se cache derrière ces illustrations souvent raffinées.
Pour les réaliser, des gravures sur bois sont utilisées comme des tampons, d'abord pour les contours du dessin puis pour chaque couleur apposée par une nouvelle planche.

Un envol des enchères

La mise à prix était fixée à 10.000 euros avec l'espoir d'adjuger autour de 30.000 euros.

Le recueil des 34 vues du Mont Fuji est parti à 32.000 euros mais pour celui des 100 vues de Tokyo, il y a eu une bataille d'acquéreurs. Dans la salle, au téléphone et sur internet, les enchères grimpent avant de flamber... pour atteindre 115.000 euros, en quelques minutes.

Un prix de vente largement au-dessus des espérances du commissaire-priseur.

Une première vente réussie donc. Les estampes vont désormais s’envoler rapidement vers leur nouveau propriétaire, probablement... au Japon.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité