Ligne électrique THT : "c'est quelque chose de complètement démesuré", la colère persiste chez les opposants après le rapport de l'enquête publique

Du 12 février au 7 avril, s'est tenue la concertation préalable du public sur le projet de ligne électrique porté par RTE. Un projet de 65 kilomètres de ligne très haute tension loin de faire l'unanimité. Ou alors, contre lui. Et le rapport de l'enquête public n'apaise pas les opposants.

Entre Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône) et Jonquières-Saint-Vincent (Gard), le Réseau de transport d'électricité (RTE) prévoit de tirer une ligne électrique aérienne de 65 kilomètres.

C'est un panorama dont Romain Collard ne veut absolument pas. Ce jeune agriculteur installé à Beaucaire fait partie de l'association de sauvegarde de la Terre d'Argence. Avec les opposants à ce projet de ligne très haute tension, ils ont dessiné les pylônes sur une plaque transparente sur un belvédère. Histoire de rendre concrète la transformation du paysage... 

C'est quelque chose de complètement démesuré. On est sur des pylônes qui vont jusqu'à 60 ou 65 mètres de haut. Ils surplomberaient le paysage.

Romain Collard, membre de l'Asta

Comme lui, ils sont nombreux à être vent debout contre le projet. Et nombreux à s'être exprimés lors de la concertation publique qui s'est tenue entre le 12 février et le 7 avril. C'est ce qu'a souligné dans son rapport le commissaire-enquêteur. "En ce qui concerne les trois réunions publiques, les salles étaient chaque fois pleines et les échanges ont été passionnés tout en étant globalement corrects", écrit-il notamment. En tout, 2864 personnes ont participé à la concertation.

"Tout ça... pour ça"

Étape importante dans le projet, la publication de ce rapport n'a pas vraiment apaisé les opposants. "Tout ça pour ça. Un rapport de plusieurs dizaines de pages qui dit : il y a eu du monde qui est intervenu, les interventions étaient de qualité, voilà rapidement la liste des propositions. Et ça s’arrête là", exprime, las, Didier Coirint, membre de l'Association sauvegarde Terre d'Argence. Le commissaire enquêteur lui-même semble le déplorer dans sa conclusion.

On pourra regretter qu’étant donné l’abondance exceptionnelle des questions et des propositions le document de synthèse ne puisse être que le reflet d’un sentiment général.

Jean-Marie Blanchet, commissaire enquêteur

Rapport de synthèse de la concertation publique

Pas d'alternative envisagée par RTE

Les opposants au projet ont proposé certaines alternatives comme l'enfouissement de la ligne électrique. Trop coûteux, répond RTE en écartant cette solution. Devant ces refus, l'impression pour les communes, les communautés de communes, les associations et les riverains ont l'impression de ne pas être entendus.

Ce qui fait redouter des débordements à Juan Martinez, maire de Bellegarde et opposé au projet. "En ce moment, en Nouvelle-Calédonie, on voit bien que quand on n’écoute pas les gens, quand on essaie de passer en force, les gens n’ont plus qu’une seule réponse à donner aux pouvoirs publics. C’est ce que je crains et ce que je ne veux pas."

La grogne continue contre ce projet estimé à 300 millions d'euros et prévu à l'horizon 2028. Un rassemblement aura lieu le mercredi 5 juin 2024 au Belvédère de Beaucaire.

Écrit avec Alexandre Rozga.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité