Meurtre de Sihem : ses amis parlent d’une relation amoureuse “secrète” avec le principal suspect

Publié le Mis à jour le

Selon plusieurs sources, une relation amoureuse a bien existé entre Sihem et le principal suspect du meurtre de la jeune femme de 18 ans. Les enquêteurs en charge du dossier ont entendu des amis de la jeune fille, qui se serait confiée à eux sur cette relation secrète. La famille, elle, n'en savait rien.

Le corps sans vie de Sihem, 18 ans, a été retrouvé jeudi 2 février à proximité de La Grand-Combe, dans le Gard. Les enquêteurs ont été menés sur les lieux par le principal suspect dans cette affaire, Mahfoud H, un individu âgé de 39 ans. Cet homme a déjà été condamné par la justice plusieurs fois. Il devait encore comparaître devant les assises mercredi 1er février, dans une affaire de vol à main armée.

Réunie vendredi 3 février à Salles-du-Gardon, commune limitrophe de la Grand-Combe dans le Gard, la famille de la victime a pris la parole pour la première fois depuis la découverte du corps, lors d'une conférence de presse.

"Ce meurtre-là, tout le monde a été touché, ses parents en premier lieu. Ça a été vraiment très lourd après huit jours de recherches intenses", a déclaré à cette occasion  Azzedine, cousin germain de Sihem.  “C’était quelqu'un d’adorable, elle avait de la lumière. Elle gardait des enfants comme elle pouvait garder sa grand-mère comme elle pouvait aider son frère quand il travaille au snack", a-t-il rappelé. 

Une relation “secrète”

Selon les informations fournies par le service police justice de franceinfo.fr ce vendredi, les enquêteurs ont recueilli les témoignages de plusieurs amis de la jeune fille. Certains assurent qu’elle s'était confiée à eux sur cette relation secrète.

Cette relation amoureuse, personne n'en avait connaissance.

Me Mourad Battikh, avocat de la famille de Sihem

Des déclarations qui viennent corroborer une piste déjà évoquée par la justice. Lors d'une conférence de presse, la procureure de la République de Nîmes, Cécile Gensac, a notamment rapporté que le principal suspect du meurtre  a assuré avoir tué la jeune fille dans le cadre d'une dispute liée à leur relation amoureuse. 

Lors de sa garde à vue,  Mahfoud H, a indiqué avoir donné la mort à la jeune femme "dans le cadre d'une dispute liée à leur relation amoureuse alors même qu'ils s'étaient retrouvés la nuit des faits en toute intimité", a déclaré la procureure lors de sa conférence de presse. L'homme de 39 ans dit avoir étouffé Sihem. 

La famille n’était pas au courant 

"Cette relation amoureuse, personne n'en avait connaissance", a réagi à Paris l'avocat de la famille de Sihem, Me Mourad Battikh. Selon lui, cette hypothèse "n'est que la version" du suspect et il est "tout à fait probable qu'elle n'ait jamais existé", a-t-il insisté. 

"Sihem voyait ce monsieur comme une nièce voyait son oncle", a précisé Me Battikh, expliquant que la jeune fille gardait régulièrement les enfants de sa cousine, ex-compagne du suspect. Celle-ci, placée en garde à vue en même temps que lui, a quant à elle été relâchée.

Un téléphone toujours introuvable

Un élément central manque désormais aux enquêteurs, le portable de la victime. Il pourrait permettre d’éclairer la relation entre la victime et le suspect. À ce jour, il n'a pas été retrouvé. Le suspect s'est débarrassé du sien avant d'être placé en garde à vue. 

L'enjeu maintenant pour les gendarmes est de reconstituer le déroulé de cette soirée et la raison du passage à l'acte de l'homme de 39 ans. Pour l'instant, les militaires doivent se contenter des explications très succinctes du suspect. Ce dernier évoque une dispute avec Sihem expliquant qu'il n'a pas su se maîtriser. 

Au début de l'enquête, la piste d'un faux enlèvement de Sihem, lié à un trafic de drogue, avait été évoquée. Une hypothèse formellement démentie par le suspect. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité