Mort de Sihem : vol avec arme, séquestration, multiples condamnations… Pourquoi Mahfoud H. était-il en liberté ?

Dans une conférence de presse donnée jeudi matin, la procureure de la République de Nîmes a listé le lourd passé judiciaire de Mahfoud H., l’homme mis en examen dans l’enquête sur la mort de Sihem Belouahmia. Les proches de la lycéenne s’interrogent : pourquoi le meurtrier présumé était-il en liberté ?

Mahfoud H. était bien connu des services de police et de la justice. C'est ce qui ressort de la conférence de presse de la procureure de Nîmes, Cécile Gensac, qui est revenue sur le passé judiciaire du meurtrier présumé de Sihem Belouahmia. 

13 condamnations par la justice

Alors qu'il vient de donner les indications qui ont conduit les enquêteurs au corps sans vie de la lycéenne, cet habitant du Gard âgé de 39 ans affiche un casier judiciaire déjà bien fourni. Dans l'entourage de la victime, on s'interroge : pourquoi cet homme - condamné à 12 ans de prison en 2012 et qui devait de nouveau comparaitre devant les assises du Gard ce mercredi 1er février - était-il en liberté ? 

"Son casier judiciaire porte mention de cinq condamnations pour des faits d'atteinte aux biens et de huit condamnations pour des faits en lien avec la conduite de véhicules, a détaillé Cécile Gensac. Il porte en outre la mention de vol avec arme, des faits pour lesquels il a été condamné le 29 avril 2015 par la cour d'assises du Gard à 12 ans de réclusion criminelle."

12 ans de prison et une libération conditionnelle

Les faits - qui remontent au 26 août 2012 - correspondent à des vols à main armée et des vols en bande organisée. Au moment du procès, en avril 2015, Mahmoud H. a déjà passé un peu plus de deux ans et demi derrière les barreaux puisqu'il avait été placé en détention provisoire le 21 septembre 2012.

Pour cette condamnation, le Gardois a bénéficié d'une "levée d'écrou le 26 février 2021", poursuit la procureure, c'est-à-dire d'une remise en liberté. Après neuf ans passés en prison, le détenu s'est ainsi vu accorder un aménagement de la fin de sa peine par un juge d'application des peines. 

Le parquet précise que Mahfoud H. a bénéficié du régime général des réductions de peines applicable à tout condamné en France. 

Un procès aux assises prévu le 1er février 2023

Mahfoud H. devait encore être jugé pour des faits de vols avec arme. Il était attendu devant la cour d'assises du Gard mercredi 1er février 2023, pour une affaire qui remonte au 1er décembre 2011. Il est soupçonné d'avoir braqué un couple de commerçants à Laval-Pradel, près d'Alès dans le Gard.

Pour ces faits, Mahfoud H. avait été placé en détention provisoire pendant 24 mois, jusqu'au 28 novembre 2017. Une détention provisoire que l'homme avait "purgé simultanément" à la précédente condamnation, a expliqué la procureure de la République puisqu'il se trouvait alors déjà en prison. 

Le meurtrier présumé de Sihem Belouahmia devait comparaitre libre à ce nouveau procès aux assises du Gard. Il a fait l'objet d'un renvoi à une audience ultérieure compte tenu de son placement en garde à vue mardi après-midi.