Municipales 2020 à Nîmes : le parti animaliste entre dans l'arène politique

Un programme entièrement basé sur le bien-être animal. Le parti animaliste se présente aux prochaines élections municipales à Nîmes avec au coeur de sa campagne, l'abolition de la corrida, un sujet clivant dans la ville aux arènes antiques. 

Stéphane Gilli et ses co-listiers lors d'une première présentation du parti animaliste en vue des élections municipales de Nîmes
Stéphane Gilli et ses co-listiers lors d'une première présentation du parti animaliste en vue des élections municipales de Nîmes © F3 Pays gardois
Ce sera sa première participation aux élections municipales de la ville depuis sa création en 2016. Le parti animaliste de Nîmes lance sa campagne pour les élections des 15 et 22 mars prochain.

Sa tête de liste a été choisie : Stéphane Gilli, 48 ans, PDG d'une entreprise spécialisée dans le photovoltaique, militant associatif et anti-corrida. Mais il manque encore une douzaine de volontaires pour compléter la liste et pouvoir participer au débat politique.

L'abolition de la corrida au coeur du programme


C'est sur ce terrain que le parti animaliste s'est fait connaître des Nîmois dès 2015, lors de sa participation militante autour du procès des affrontements de 2011 entre anti et pro-corrida de Rodilhan.

Fort d'un sondage qui abonde dans son sens selon lequel 54% des Nîmois seraient contre la corrida, le parti animaliste compte sur le soutien du CRAC, comité radicalement anti-corrida, dont la secrétaire nationale, Elsa Strasser, est également membre du parti animaliste.
 

Un numéro vert contre les violences sur les animaux

Créer une cellule municipale "SOS animaux", favoriser l'accueil des animaux dans les établissements pour personnes âgées ou les foyers pour SDF, créer des cimetières municipaux pour animaux ou leur permettre de prendre gratuitement les transports en commun, voilà quelques-uns des éléments du programme du parti animaliste pour les prochaines municipales.

À noter, dans la liste du parti, la présence d'écologistes, comme Jean-Marc Philibert, ex-responsable de Nîmes écologie citoyenne. Car Stéphane Gilli met en avant une liste "basée sur la protection des écosystèmes". L'alliance avec Europe Ecologie Les Verts n'a en revanche pas pu se faire.

Armelle Goyon et Pascale Barbes ont assisté à Nîmes à la présentation de la liste du parti animaliste pour France 3 Pays gardois.
Et à ceux qui pensent que l'humanisme est prioritaire sur l'animalisme, et ce, quel que soit l'attachement que l'on peut avoir pour nos amies les bêtes, la tête de liste explique qu' "il se bat pour l'animal mais aussi pour l'homme".

Aux dernières élections législatives, le parti animaliste a recueilli 2% des suffrages à Nîmes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections animaux nature tauromachie