Nîmes-Garons : simulation d'un incendie d'avion sur l'aéroport, les secours testent les plans d'urgence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault .

Un avion en feu sur l'aéroport de Nîmes-Garons et une trentaine de passagers en détresse, voici la simulation incendie à laquelle devaient faire face les hommes de la Sécurité civile et les pompiers. Un exercice de secours avec activation du plan ORSEC départemental qui mobilise secours, gendarmerie et préfecture du Gard.

Scène de panique à l’aéroport de Nîmes-Garons, ce mardi 8 novembre. Des cris, des pleurs et des blessés partout au sol... Mais les sourires des figurants sont parfois difficiles à dissimuler.

Cette agitation est un exercice et les victimes, des élèves aide-soignant de la Croix-Rouge sont passés par la case maquillage.

"C'est quelque chose à voir et à vivre une fois dans sa vie" explique une fausse victime en train de se faire maquiller des plaies sur les jambes. "C'est tellement réaliste, que j'ai même l'impression d'avoir mal à cause des fausses blessures" rigole la jeune femme.

"Dans notre formation de moniteur de secourisme, on nous apprend à faire de fausses plaies pour permettre aux stagiaires de se projeter" s'amuse Amélie, faux sang à la main.

Une apparente décontraction pour un exercice qui sollicite une logistique très importante.

Un avion et un camion-citerne en feu sur le tarmac

36 victimes jouent leur rôle dans cette simulation d’incendie d’un camion-citerne et d’un avion. Un entraînement nécessaire dans ce type de lieu à haut risque, notamment pour les pompiers.

Nous déclenchons un volume de secours qui est calibré et établi à l'avance en fonction de l'expérience. Et on s'engage directement avec des plans, des accès, des contacts et un mode opératoire à mettre en action. C'est tout ce cheminement là qui est testé aujourd'hui.

Eric Agrinier, chef de la communication du SDIS 30.

Vérifier la chaine des secours et de commandement

Ces simulations régulières permettent de vérifier la bonne coordination de tous les services, publics ou privés de secours et de maintien de l'ordre. Et parfois, de détecter des failles, des incohérences ou des manquements dans l'organisation et dans les plans d'intervention. C'est le COD, le centre opérationnel départemental qui coordonne les secours.

Le Gard est particulièrement confronté aux risques, inondations, feux de forêt, incendie, accident et le dispositif du centre opérationnel départemental est activé 25 jours par an, c'est beaucoup. On est donc déjà très entrainer ici.

Chloé Demeulenaere, secrétaire adjointe à la préfecture du Gard.

En cas de réelle catastrophe, les intervenants connaissent ainsi les lieux et ils ont les automatismes pour effectuer leur mission de secours, ensemble.

Voir notre reportage sur le tarmac de l'aéroport de Nîmes-Garons. Malgré les apparences, précisons que personne n’a été blessée ou maltraitée durant l'exercice.

Ecrit avec P. Pidoux.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité