Nîmes : malgré la Covid le marché de l'immobilier résiste à la crise

A Nîmes la plupart des agences immobilières ont rouvert le 28 novembre. Les visites reprennent et malgré deux confinements cette année, le marché se porte plutôt bien. 
Agent immobilier, Thomas Vergnet vient de terminer la visite d'un studio de 17 m2  qu'un client souhaite acheter pour le mettre ensuite en location. Ce type de bien est très demandé même en période de confinement : "On traverse une crise sanitaire et on ne saît pas trop où l'on va.  Pour les acquéreurs, cela permet de se rassurer. Cela va leur rapporter mensuellement des fonds supplémentaires car ce genre de bien est généralement loué à 90 % toute l'année", assure  le négociateur en transactions à l'Agence.

Terrasse et jardin

Certains recherchent la sécurité financière, d'autres préfèrent opter pour l'espace et le confort.
La terrasse et le jardin sont devenus depuis le premier confinement des critères incontournables :  "Par exemple une maison de 130 M2 avec un très grand jardin à 300 000 euros c'est très abordable et très intéressant pour les clients qui souhaitent acheter", explique Jason Moreau, négociateur en transactions à L'Agence.

Les Parisiens à l'affût

Les acquéreurs viennent de toute la région mais aussi de plus loin comme chez Nîmes immobilier où beaucoup de clients sont désormais des Parisiens avec des critères bien définis :

Ils souhaitent acheter une grande maison à la fois pour pouvoir y venir, y travailler et y recevoir régulièrement des amis Une maison autour de 700 000 euros est un bien attractif pour des gens arrivant de la région parisienne qui pour le même prix auront un appartement de 70 M2.

Frédéric Maurin Belay, chargé du secteur vente à Nîmes Immobilier

Depuis la réouverture des agences immobilières les visites ont bien repris. Les agents craignaient un découragement des clients face au protocole sanitaire. Au contraire, les mesures mises en place les ont rassurés.
L'offre est en ce moment supérieure à la demande mais les prix du marché de l'immobilier à Nîmes restent très attractifs.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société immobilier économie