Nîmes : manifestation contre l'expulsion de deux familles tchétchènes

Deux femmes d'origine tchétchène et leur 8 enfants ont été expulsés par la police d'une maison à l'abandon à Nîmes, ce mercredi matin, en présence d'un huissier. Des membres du DAL ont manifesté pour exiger une solution de relogement pour ces deux familles installées sur place depuis près de 10 ans.
Deux mères de familles tchétchènes et leur 8 enfants âgés de 9 à 19 ans ont été expulsés par la police d'une maison squattée à Nîmes, tôt de mercredi matin. Le DAL de Nîmes réclame une solution de relogement. 28 juillet 2021.
Deux mères de familles tchétchènes et leur 8 enfants âgés de 9 à 19 ans ont été expulsés par la police d'une maison squattée à Nîmes, tôt de mercredi matin. Le DAL de Nîmes réclame une solution de relogement. 28 juillet 2021. © J.Paul/FTV

Plusieurs équipages de policiers ont débarqué avant 9 heures pour expulser les membres de ces deux familles, composées de deux femmes seules ayant respectivement 5 enfants de 9 à 19 ans et 3 enfants âgés de 13 à 18 ans, tous scolarisés selon l'association "Droit au Logement" de Nîmes.

Ces personnes d'origine tchétchène vivaient depuis deux ans dans cette bâtisse abandonnée, maison rachetée par Nîmes Métropole. L'avis d'expulsion avait été lancé début juillet.

Selon le DAL local, ces familles -arrivées dans le Gard depuis près d'une dizaine d'années et qui sont en instance de régularisation- se retrouvent désormais à la rue car il n'y aurait aucune solution de secours, le SAMU social étant actuellement saturé.

Des membres du DAL se sont rendus dans l'après-midi à la préfecture de Nîmes pour exiger un relogement de la part des autorités.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers logement société police sécurité vie associative