Nîmes : un rassemblement pour soutenir Roland Veuillet, le gilet jaune incarcéré depuis un mois à la prison de Nîmes

Ce jeudi matin, une cinquantaine de personnes s’est rassemblée devant le palais de justice de Nîmes pour réclamer la libération de Roland Veuillet, une des figures des gilets jaunes, incarcéré depuis un mois. Ce jeudi a lieu son procès. 

Les manifestants sont venus soutenir Roland Veuillet, gilet jaune jugé ce jeudi par le tribunal de Nîmes - 2 juillet 2020
Les manifestants sont venus soutenir Roland Veuillet, gilet jaune jugé ce jeudi par le tribunal de Nîmes - 2 juillet 2020 © E.Félix / FTV
Ce jeudi 2 juillet au matin, Roland Veuillet, connu pour être l’une des figures du mouvement des gilets jaunes à Nîmes est jugé pour acte d'intimidation envers un dépositaire de l'autorité publique, participation à un attroupement, entrave à la circulation, rébellion, dénonciation calomnieuse et outrage. L'homme est incarcéré depuis le 31 mai dernier à la prison de Nîmes. 

Pour le soutenir et demander sa libération, une cinquantaine de personnes s'est rassemblée devant le tribunal. 

Interdiction de manifester 

Son interpellation remonte au samedi 30 mai dernier.

En milieu d'après-midi, sept gilets jaunes manifestent de manière pacifique à Marguerittes près de Nîmes, à hauteur de l'A9 avec une banderole contre "des mesures anti-sociales et liberticides" prises par le gouvernement ces dernières semaines. Ils sont installés sur le rond-point d’entrée d’autoroute mais n’abordent pas les conducteurs. Parmi eux, Roland Veuillet, militant du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) et figure emblématique du mouvement des gilets jaunes. 

 

L’homme est rapidement interpellé par les forces de l’ordre venues contrôler ces gilets jaunes. En effet, il est sous contrôle judiciaire, car poursuivi pour outrages, rébellion et tentatives d’intimidations envers un policier et avait donc interdiction de manifester.

Roland Veuillet avait déjà été incarcéré au mois de décembre 2019 pour outrage aux forces de l'ordre et à la justice. Il devait être jugé au mois de janvier, puis au mois de mai. Mais son procès avait été renvoyé à plusieurs reprises.
Il est finalement jugé ce jeudi. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société prison justice police sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter