"De plus en plus de familles dorment dans la rue" : dans le Gard, la crise de la Covid aggrave la précarité

Alors que températures baissent, la précarité, elle, augmente. Dans le Gard, les bénévoles de la Croix-Rouge collectent des duvets destinés aux personnes sans-abri. Avec un constat : la précarité grandit et touche de plus en plus de profils.

En quelques jours, plus de 800 duvets destinés aux personnes sans-abri ont été collectés dans le Gard.
En quelques jours, plus de 800 duvets destinés aux personnes sans-abri ont été collectés dans le Gard. © La Croix-Rouge du Gard.

"Les Gardois sont généreux" confie avec enthousiasme Georges Labonne, le président de la Croix-Rouge du Gard. En effet, l’opération "10 jours, 1000 duvets" a déjà permis d’en collecter plus de 810. L’opération continue : ces dons aideront les personnes sans-abri à affronter le froid.

Les stocks fondaient à vue d’œil et cela est indispensable pour ceux qui dorment dans la rue.

Georges Labonne.

Il est encore possible d’acheter directement des duvets, couvertures et des couettes ou bien d’adresser un chèque à l’attention de la Croix-Rouge du Gard. "Si vous mentionnez que votre don est pour cette opération alors nous nous engageons à le réserver à l’achat de duvets" confirme Emmanuel Appy, le vice-président de l’association.

"Je trouve cette opération tellement belle" affirme Emmanuel Appy. "Nous étions en collaboration avec une grande enseigne de sport. Sans nous le dire, les salariés ont organisé une collecte interne pour acheter des duvets".

Je veux croire que cette opération va servir d’exemple.

Emmanuel Appy.

Pour l’association, ces dons sont précieux pour faire face à une précarité qui grandit de jour en jour.

De plus en plus de familles dorment dans la rue

"De plus en plus de familles vivent dans la rue ou sans solution d’hébergement le temps d’un ou plusieurs soirs" affirme le président de la Croix-Rouge du Gard. Le recours à l'aide alimentaire a augmenté de 30%.

Cette année, la Croix-Rouge du Gard a multiplié et développé les maraudes : "désormais, nous nous rendons à Alès, dans le Gard Rhodanien et la Petite Camargue, surtout au Grau-du-Roi" confie le président de l’association. La locale de Pont-Saint-Esprit, compte à elle seule, 350 bénéficiaires.

"Nous assistons à l’arrivée d’un nouveau public : les jeunes" ajoute Georges Labonne. En effet, selon l’INSEE Occitanie, en 2017, 200 000 personnes âgées de 16 à 29 ans déclaraient être inactifs ou au chômage. Et la crise sanitaire n’arrange rien.

"Une évolution tragique"

"Le duvet peut sauver des vies mais ce n’est pas la solution" insiste Malik Berkani qui dirige le pôle de lutte contre les exclusions à la Croix-Rouge du Gard.

La solution est l’hébergement.

La saturation des hébergements d’urgence provoque un recours massif aux chambres d’hôtels. Avant le deuxième confinement, 70 personnes vulnérables étaient hébergées dans des hôtels. Aujourd’hui, elles sont 310. Aujourd'hui, le dispositif hôtelier sature également.

"On assiste à une évolution tragique" confie Malik Berkani.

Des familles, des femmes et des enfants dorment dans la rue ou dans leurs voitures.

La précarité touche tous les profils : les hommes isolés, les familles, les jeunes. "Nous assistons à une évolution tragique" ajoute le directeur du pôle de lutte contre les exclusions à la Croix-Rouge du Gard.

La crise sanitaire accentue ce phénomène. Sans filet familial, on se retrouve souvent plus vite à la rue.

Malik Berkani.

Dans le Gard, les 700 bénévoles de la Croix-Rouge viennent en aide à plus de 1200 bénéficiaires. Ici, à Nîmes lors de l'opération "10 jours, 1000 duvets".
Dans le Gard, les 700 bénévoles de la Croix-Rouge viennent en aide à plus de 1200 bénéficiaires. Ici, à Nîmes lors de l'opération "10 jours, 1000 duvets". © La Croix-Rouge du Gard.

La Croix-Rouge fait face à des dépenses importantes

Après cette collecte, le président de l’association réfléchit à d’autres opérations… Car la Croix-Rouge du Gard va bientôt faire face à d’importantes dépenses, selon Georges Labonne.

Nous allons devoir changer 12 ambulances d’ici 2028.

Le siège de l’association finance 50% de l’opération mais il reste des milliers d'euros à récolter. L’association a donc décidé de lancer une collecte sur les réseaux.

Si vous souhaitez aider la Croix-Rouge, vous pouvez devenir bénévole ou faire des dons destinés aux plus démunis (vêtements neufs ou d’occasion pour tout âge, vaisselle, bibelots, livres, BD, Manga, romans, linge de maison, accessoires divers, kit hygiène, shampoings, savon, brosse à dents, don d'argent à votre Unité Locale la plus proche de chez vous, duvet, couette, oreillers…).

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société coronavirus/covid-19 santé emploi économie finances jeunesse famille événements sorties et loisirs froid météo