Témoignage - une habitante du Gard voit sa maison submergée par les eaux, les dégâts des inondations sont considérables

L'épisode cévenol qui a touché le département du Gard, samedi 19 septembre, a causé de nombreux dégâts. Des centaines d'habitants se retrouvent aujourd'hui sinistrés, dont Yolande cette habitante de Saint-Julien-de-la-Nef qui a vu sa maison quasiment submergée par la crue.

Lors de l'épisode cévenol d'hier, la crue a été impressionnante et d'une extrême rapidité dans le département du Gard. A Saint-Julien-de-la-Nef, petite commune, Yolande Brissaud, retraitée, a vu sa maison totalement submergée par les eaux en seulement quelques heures.

Une crue de plus de 7 mètres

La-bàs, le fleuve a dépassé les 7 mètres lors du pic de l'épisode. Seul le toit de sa maison était encore visible.
Hier, elle nous confiait avec beaucoup d'émotion son désarroi : "ça fait six ans bientôt que j'habite ici, c'est la première fois que je vois ça. C'était ma maison et maintenant il n'y a plus rien". 
 Yolande réside dans cette maison depuis 2015. Lors de l'achat de sa maison, elle avait conscience qu'elle se situait sur une zone inondation mais ne pensait pas vivre une telle crue un jour. La maison venait tout juste d'être refaite explique-t-elle, "il ne manquait plus qu’à mettre une couche de peinture à l’intérieur les pots de peinture sont là". 

A l'intérieur, le chaos total

La crue est redescendue en seulement quelques heures. Ce dimanche 20 septembre matin, Yolande a pu retourner chez elle. Elle constate les dégâts qui sont considérables. A l'intérieur, c'est le chaos total.
 
L'épisode très violent a tout ravagé. Certains plafonds se sont effondrés, le sol est jonché de branchages et de boue. Les murs portent encore les stigmates de la crue. "Une fois par siècle il y a de grosses inondations. On ne pense jamais que ça peut nous arriver, mais ça n'arrive pas qu'aux autres", ajoute Yolande. 

Quand l'eau est descendue tout est passé par la fenêtre. J'ai vu passer toutes mes affaires sous le pont.

Yolande Brissaud, sinistrée


Ce dimanche matin, accompagnée de ses voisins et de sa famille, Yolande tente malgré de sauver quelques objets : un pot de confiture ou encore un disque vinyle.
Pour l'instant, Yolande ne sait pas quand elle pourra regagner son domicile. Elle attend comme tous les sinistrés, les annonces qui seront faites ce soir par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en visite dans le département pour constater les dégâts.

"Demain matin, tout commence, les paperasses pour pouvoir récupérer quelque chose. Là je n'ai plus rien, à l'intérieur c'est invivable et ce qui est embêtant, c'est qu'on ne peut pas fermer", explique cette habitante sinistrée. 

Tous espèrent un classement en catastrophe naturelle afin d'obtenir rapidement les indemnisations nécessaires pour réhabiliter leur logement.