VIDEO. Scène surréaliste au tribunal à Nîmes : des gilets jaunes qui voulaient être jugés sont expulsés

Publié le Mis à jour le
Écrit par OLC avec V. Leboeuf
Pour la troisième fois en quelques jours, des gilets jaunes étaient appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir participé à des manifestations non autorisées. Mais l'annonce du report, un de plus, de l'audience à une date ultérieure a mis le feu aux poudres.
Pour la troisième fois en quelques jours, des gilets jaunes étaient appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir participé à des manifestations non autorisées. Mais l'annonce du report, un de plus, de l'audience à une date ultérieure a mis le feu aux poudres.

Pour la troisième fois en quelques jours, des gilets jaunes étaient appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir participé à des manifestations non autorisées. Mais l'annonce du report, un de plus, de l'audience à une date ultérieure a mis le feu aux poudres.

C'est une scène surréaliste au palais de justice de Nîmes ce mercredi 20 novembre. Une figure emblématique des gilets gardois est évacué par les forcs de l'ordre suivi par d'autres gilets jaunes: "ils reportent les audiences sans arrêt mais ils ne nous jugeront pas," ne décolère pas Roland Veuillet. 

Objet de la discordre, une audience repoussée pour la 2ème fois au 1er avril 2020: " ça prouve tout le courage des magistrats par rapport à cette affaire-là. Il y a des choses qu'ils n'ont pas envie d'entendre parce qu'ils vont être mis en cause comme vont être mis en cause les policiers qui ont commis beaucoup d'exactions et c'est certainement cela qu'ils n'ont pas envie d'entendre," explique le Gilet jaune. 

Roland Veuillet devait comparaitre pour avoir participer à une manifestation non autorisée le 15 juin dernier. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.