A Vauvert, le retour des taureaux et des courses camarguaises

La première course camarguaise a eu lieu ce samedi aux arènes Jean-Brunel à Vauvert. Depuis plusieurs mois, les activités taurines étaient interrompues à cause de l'épidémie de Covid-19. Elles peuvent désormais reprendre mais avec une jauge et dans le respect des gestes barrières.

La première course camarguaise a eu lieu ce samedi dans les arènes Jean-Brunel à Vauvert - 22 mai 2021
La première course camarguaise a eu lieu ce samedi dans les arènes Jean-Brunel à Vauvert - 22 mai 2021 © FTV - Audrey Delabre

La première course camarguaise a eu lieu ce samedi aux arènes Jean-Brunel à Vauvert. Depuis plusieurs mois, les activités taurines étaient interrompues à cause de l'épidémie de Covid-19. Elles peuvent désormais reprendre mais avec une jauge et dans le respect des gestes barrières.

C’est la première course de la saison taurine. Et elle a lieu à Vauvert dans le Gard. Il s’agit de la première course du trophée des As, un trophée qui récompense le meilleur raseteur de la saison taurine. Au total il y a quatre courses de présélection composées de 8 taureaux. La grande finale du trophée des As aura lieu le 19 août à Vauvert.  

La saison des courses camarguaises à Vauvert se déroule normalement de mi-mars à fin octobre, mais cette année, le début de la saison a été décalé à cause de l’épidémie de coronavirus.

Jauge, respect des gestes barrières et masque obligatoire

Mais le retour des courses camarguaises ne se fait pas encore comme dans la vie d’avant. Les arènes Jean-Brunel sont quasiment vides pour cette première course. Et pour cause, les places sont limitées, la jauge étant de 1000 personnes maximum. Le masque et le respect des gestes barrières sont obligatoires pour assister à la course dans les arènes.

D’autres courses sont prévues dans les arènes de Vauvert cet été, le 27 mai, le 31 juillet et le 19 août.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féria de nîmes fêtes locales événements sorties et loisirs tauromachie culture culture régionale covid-19 santé société