Gard : à Vauvert, élus et parents d'élèves manifestent contre la fermeture de trois classes à la rentrée

Suite à l’annonce, par l'académie de Montpellier, de la fermeture de trois classes à Vauvert, dans le Gard, à la rentrée 2021, des parents d’élèves se sont rassemblés ce mardi matin à l’école Jean Macé pour une occupation symbolique de l’établissement.

école Jean Macé à Vauvet, occupée par des parents d'élève.
école Jean Macé à Vauvet, occupée par des parents d'élève. © Sarah Nedjar

À Vauvert, élus et parents d'élèves étaient mobilisés ce mardi matin contre la fermeture de trois classes sur la commune. Sont concernées, une classe à l'ecole élémentaire Libération, une classe à l’école élémentaire Jean Macé ainsi qu’une classe à l’école maternelle Lucette Abauzit. À 8 h 15 ce matin, ils étaient environ 80 à s'être rassemblés devant l'école Jean Macé. Les parents d'élèves ont symboliquement bloqué l’accès aux classes et laissé les élèves dans la cour de l'école. Accompagnés du maire et d’élus de la commune, tous se sont alors dirigés vers l’avenue près de l'école pour réaliser une opération de distribution de tracts auprès des automobilistes.

Cortège de manifestants contre la fermeture de trois classes à Vauvert, dans le Gard.
Cortège de manifestants contre la fermeture de trois classes à Vauvert, dans le Gard. © Stephane Reyes

Pour Jean Denat, maire de la commune, c’est une grande incompréhension.

On a été très surpris de l’annonce de deux de ces trois fermetures.

Jean Denat - Maire de Vauvert

On a été très surpris de l’annonce de deux de ces trois fermetures, surtout que lors d’une réunion, début mars, avec le DASEN (directeur académique des services de l'éducation) rien ne laissait l'entrevoir.” L’édile s'inquiète de la pérennité des projets éducatifs mis en place. “ Dans ces classes, la majorité des enfants vient des classes populaires, des quartiers d’habitat social. L’ensemble de ces fermetures de classes concourt à dégrader les conditions de travail des enseignants et donc de l’enseignement des enfants” explique-t-il.

Des classes en sureffectifs

L’école élémentaire Jean Macé compte actuellement 10 classes avec 21 à 22 élèves par classe. À la rentrée 2021, les effectifs monteraient jusqu’à 26 élèves par classe. Pour le maire, concernant l’école maternelle Abauzit qui se situe de l’autre côté de la commune, la suppression d’une classe déboucherait sur un sureffectif des classes restantes de l’école. Les effectifs atteindraient le seuil de 28 élèves par classe. 

On avait de la chance de pouvoir faire des classes homogènes, avec des niveaux et avec des effectifs corrects. Là, ça va être très très compliqué pour l'apprentissage.

Nadège Bouville - Représentante de l'association des parents d'élèves.

Pour Nadège Bouville, représentante des parents d'élèves de l’école primaire Jean Macé, une classe en moins va contraindre à devoir placer au moins deux niveaux dans une même classe. Par exemple, son fils de 7 ans qui est actuellement au CP dans une classe de 22 élèves, pourrait se retrouver l’année prochaine en CE1, dans une classe de 28 élèves, avec des CE2.


Évolution des effectifs

Le premier magistrat de la ville a des arguments pour tenter de convaincre l'académie de maintenir ces classes ouvertes. "La fermeture d’une classe à Jean Macé se joue à 5 ou 6 élèves. Sur la commune, il y a 28 enfants qui font l’école à la maison. L'État voudrait les voir réintégrer les écoles. Avec la scolarisation de certains d'entre eux, on peut tout à fait imaginer qu’on soit au-delà du seuil qui permet de ne pas fermer la classe " précise-t-il.

Augmentation de la population
 

Le maire rappelle que d’après l’Insee, Vauvert est la seule ville parmi les plus peuplées du Gard à enregistrer une augmentation de sa population depuis 1 an et demi. “Vauvert est une ville attractive qui se développe. Il y a un projet de construction de 60 logements à côté de l’école maternelle Abauzit. Nous avons presque terminé 20 logements de gendarmes. Vraiment, les décisions de fermetures sont inopportunes et très politiques” se désole-t-il.

Au mois de juin, un nouveau rendez-vous d’ajustement se tiendra avec le directeur académique. “Il est nécessaire que d’ici là, on réussisse à convaincre qu’il ne faut pas casser l’école à Vauvert. Il est indispensable que la mobilisation augmente pour qu’il y ait une modification,” clame le maire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation carte scolaire éducation société