Cet article date de plus de 4 ans

Garlin accueille demain la première novillada "à ciel ouvert" de la saison dans le sud-ouest

La tradition est désormais établie : le printemps taurin commence à Garlin. Le programme est toujours le même et il est splendide. Le matin éliminatoire. À midi déjeuner à base de garbure. L'après-midi novillada. On connaît déjà deux des novilleros engagés. Le troisième, c'est  le gagnant du matin.
Ninito, n° 37. Ganadería Pedraza de Yeltes. Un des novillos lidiés demain à Garlin
Ninito, n° 37. Ganadería Pedraza de Yeltes. Un des novillos lidiés demain à Garlin
Garlin, c'est tout ce qu'on aime dans la tauromachie. Des novillos de respect, un public connaisseur, les retrouvailles avec les aficionados perdus de vue depuis la saison dernière, un "concours de garbure" pantagruélique. Et le tout dans un village splendide du Vic-Bilh, haut lieu du bien vivre et du savoir accueillir.

Le programme 2017 est spécialement alléchant.

D'abord à cause des novillos.
Pedraza de Yeltes est un gage de solidite et de caste.

Et aussi grâce aux novilleros.
Adrien Salenc, un des trois espoirs français, doit démontrer, après des prestations un ton en dessous à Samadet et Vergèze, qu'il a progressé. Marcos qui fera sa présentation en novillada piquée en France est un enfant de la balle : il est le petit-fils du célèbre ganadero Domingo Hernández et le fils de l'impresario taurin Maximino Pérez.
Quant au troisième, ce sera le gagnant de l'éliminatoire matinal. Soit l'aragonais Jorge Isiegas, soit Carlos Ochoa.

Rendez-vous diamnche à Garlin : le printemps nous attend!
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie béarn