Européennes : le Gers confirme son rejet de la gauche mais pas son adhésion à LREM

Bastion socialiste, le département du Gers vote de moins en moins à gauche. Comme en 2014, les électeurs gersois ont fait le choix du parti de Marine Le Pen, lors de ces élections européennes du 26 mai 2019. 
Le Rassemblement National (ex-Front National) confirme son ancrage en terres gersoises.
Le Rassemblement National (ex-Front National) confirme son ancrage en terres gersoises. © Sylvain Thomas/AFP
En 2017, le Gers avait créé la surprise en plaçant en tête Emmanuel Macron en tête du premier tour de la présidentielle (23,40 %), devant Marine Le Pen (19,71 %) et Jean-Luc Mélenchon (19,45 %). En terres socialistes, le candidat du PS Benoît Hamon n'obtenait que 8,03 %, derrière François Fillon (17,96 %).

Cette fois, le département a placé la liste du Rassemblement National emmenée par Jordan Bardella en tête des suffrages. Dimanche 26 mai 2019, jour des élections européennes, le RN a remporté 22,65 % des voix, devant la liste Renaissance de la République en marche et du Modem (20,73 %) et Europe Ecologie (11,99 %).

Envie d'Europe, la liste de Raphaël Glucksmann, n'arrive qu'en 4ème position avec 9,54 % des voix.
  Alors, est-ce réellement surprenant ? La montée du Rasemblement National dans le Gers n'est pas un phénomène nouveau puisqu'en 2014 déjà, lors des précédentes élections européennes, le Front National était arrivé en tête, avec 21,9 % des voix. Devant l'UMP et l'Union de la gauche. 

Le fait marquant, c'est ce réel dévissement de la gauche socialiste : moins 9 points en cinq ans. Quant au succès d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 dans le Gers, il ne se confirme donc pas deux ans plus tard.

En effet, à l'exception de la ville d'Auch qui a placé en tête dimanche la liste soutenue par la majorité présidentielle (23,78 % des voix devant le Rassemblement National), la plupart des communes gersoises (Condom, Fleurance, Flamarens, Mirepoix, Nogaro, Vic-Fezensac, entre autres...) ont plébiscité le RN. Comme elles l'avaient fait en 2014...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections européennes politique élections