Gers : prison ferme pour avoir menacé Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux

Jugé en comparution immédiate à Auch, un jeune homme a été condamné jeudi à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis, pour des menaces de mort à l'encontre de Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux.
Un homme de 23 ans a été condamné à de la prison ferme par le tribunal correctionnel d'Auch (Gers) poiyr avoir menacé de mort Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux.
Un homme de 23 ans a été condamné à de la prison ferme par le tribunal correctionnel d'Auch (Gers) poiyr avoir menacé de mort Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux. © SEBASTIEN LAPEYRERE / MaxPPP
Un jeune homme a été condamné jeudi 1er octobre 2020 à 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis par le tribunal correctionnel d'Auch, dans le Gers. Il était jugé en comparution immédiate pour des menaces de mort à l'encontre de Mila, l'adolescente harcelée pour avoir critiqué l'islam sur les réseaux sociaux en janvier 2020.

Cet homme de 23 ans, vivant sous curatelle dans un foyer pour adultes handicapés, avait déjà été condamné par le tribunal judiciaire le 10 septembre à 18 mois de prison dont 10 avec sursis pour avoir menacé des jeunes filles dans un bus.
Il doit également prochainement comparaître à Tarbes, sa ville de naissance, dans un dossier de stupéfiants.

Une vidéo sur instagram

En janvier, la jeune iséroise Mila avait publié une vidéo devenue virale sur Instagram, dans laquelle elle proférait de virulentes critiques sur l'islam. Elle a ensuite été victime d'un déferlement de menaces tel qu'elle a dû quitter son lycée. Mais a aussi reçu des soutiens jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. 
Emmanuel Macron avait affirmé dans un entretien au Dauphiné Libéré le "droit au blasphème" et à "critiquer les religions", défendant Mila à qui "on doit une protection", avait ajouté le président.
Durant l'été, la jeune fille a été menacée de mort et de viol alors qu'elle était à Malte en séjour linguistique, avait indiqué début septembre la procureure de la République de Vienne, Audrey Quey, confirmant une information de l'hebdomadaire Le Canard Enchainé. L'auteur des menaces, un Algérien vivant en France, avait été interpellé et condamné à de la prison avec sursis par la justice maltaise. Par ailleurs plusieurs personnes ont été mises en examen dans le cadre de l'enquête sur menaces de mort de janvier et à la diffusion des coordonnées de Mila.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société réseaux sociaux religion harcèlement scolaire éducation