• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Mes 3 webséries préférées au festival de Luchon

Les trois équipes de mes webséries préférées / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie
Les trois équipes de mes webséries préférées / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie

Les webséries sont des séries diffusées sur des plateformes de diffusion sur internet. Voici mes 3 coups de coeur parmi les 10 webséries en compétition.

Par Martin Vanlaton

Ce samedi après-midi, j'ai assisté à la diffusion des webséries en compétition au festival de Luchon. Généralement, elles durent entre 5 et 15 minutes. Voici mon interview croisée des trois jeunes équipes (ils ont tous moins de 32 ans) de mes webséries préférées présentées au festival de Luchon :

C’est quoi une websérie ? Pourquoi c’est un format important et intéressant ?

Challenger Une websérie, c’est une série dont le format n’est pas tout à fait défini (en général, c’est entre 5 et 12 minutes) diffusée sur internet ou sur des plateformes web. Le format est intéressant parce que c’est notre premier projet. On a essayé d’envoyer des emails à Hollywood mais je pense qu’il a été perdu, on nous a jamais répondu. C’est une ouverture totale, ça nous permet de montrer notre vision de ce qu’est la fiction. Et en plus c’est super accessible.

Trudy Cheesecake Je pense que la différence avec les autres formats, c’est le mode de financement. Tu peux t’exprimer librement quand tu fais une websérie quand t’es pas forcément produit, c’est ça la grosse différence avec la série digitale qui a souvent une structure derrière elle. C’est le meilleur moyen pour les jeunes créateurs de s’exprimer sans limites.

Le réalisateur et le producteur de "Trudy Cheesecake" / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie
Le réalisateur et le producteur de "Trudy Cheesecake" / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie

Le Myriapode Une websérie, c’est tout simplement une série diffusée sur internet. Je vois ça comme un terme vraiment très général. J’ai réalisé quelque chose que j’ai diffusé sur internet donc c’est une websérie. Ce qui est génial, c’est qu’on a une liberté totale, on peut diffuser ce qu’on veut quand on veut. On est pas enfermé dans des logiques de « il faut pas dire ça à tel public. »

Et alors la vôtre, qu’est-ce qu’elle raconte ?

Le Myriapode C’est une série qui suit le quotidien de trois trentenaires. Ils sont représentatifs de ce qu’on appelle la génération Y, une génération qui est un peu perdue, qui cherche sa place dans la société. C’est leur quotidien, leurs moments de malaise, de solitude. Dit comme ça, on a l’impression que c’est pas drôle mais détrompez-vous, c’est plutôt drôle, c’est un humour un peu caustique.

L'équipe de la websérie "Le Myriapode" / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie
L'équipe de la websérie "Le Myriapode" / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie

Challenger C’est 8 clips narratifs où les personnages ne parlent pas. On a des narrateurs qui racontent sous forme de témoignage. Le Challenger est un tueur à gages qui avait disparu de la surface. Et là il ressort, il remonte son équipe et il doit accomplir une mission.

Trudy Cheesecake On suit la vie d’une jeune handicapée en fauteuil roulant qui a une vie « de merde », qui se fait embêter par tout le monde et qui essaie de vivre et s’en sortir.

C’est important d’être ici au festival de Luchon ?

Le Myriapode La sélection, c’est une forme de reconnaissance. Le festival s’appelle créations télévisuelles donc c’est bien d’être mis un peu dans le même panier que les grosses productions comme France 2, France 3, Canal +. Ça peut nous apporter d’être vu, des contacts avec des diffuseurs, des créateurs ou d’autres webséries.

Trudy Cheesecake C’est mégacool d’être à Luchon, c’est le deuxième festival audiovisuel de France. Quand tu ressors de là, tu es en contact avec des producteurs, des réalisateurs, des acteurs. Et si tu as la chance d’avoir le prix à la fin, tu as une visibilité intéressante. Avec un prix comme ça, ça peut nous aider

Challenger C’est très important d’être ici parce que c’est le signe que les médias prennent conscience que la websérie est vivante, ça bouge. C’est une belle main tendue parce que ça veut dire que la télévision n’est pas fermée au format. C’est aussi une reconnaissance de se retrouver ici, c’est quelque chose d’extraordinaire. On espère se faire beaucoup de contacts, et puis on a eu plein de retours donc c’est vraiment un enrichissement. Et les petits fours sont très bons.

L'équipe de la websérie Challenger / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie
L'équipe de la websérie Challenger / © Martin Vanlaton, France 3 Occitanie

Pourquoi un public novice devrait regarder vos webséries ?

Trudy Cheesecake C’est ultra créatif, tous les visuels originaux qui sortent de l’ordinaire sont réunis. C’est des produits qui se consomment rapidement. Ça se consomme comme un snack.

Challenger C’est un peu comme une scène libre la websérie. Ça va montrer aux gens quelque chose qui ne voient pas forcément. Ça va leur permettre de découvrir quelque chose de nouveau. Et puis en général c’est gratuit, pourquoi s’en priver ?

Le Myriapode Si on veut regarder de la ficiton, si on a envie de voir une histoire, il faut aller sur internet. On a pas envie de s’embêter à aller chercher des producteurs, des chaînes télé. Il faut regarder pour soi, pour se divertir mais aussi pour soutenir les créateurs. Plus le public sera conscient que ça existe, plus on sera sollicité et plus le format sera connu de tous.

Sur le même sujet

chasseurs d'épaves à Frontignan : épisode 4

Les + Lus