SNCF : fermée depuis 10 ans, une ligne de trains va reprendre du service avec des TER à hydrogène

C'est une renaissance annoncée pour mai 2025. La ligne de trains TER qui permet de rejoindre la cité thermale de Luchon depuis Montréjeau en Haute-Garonne, va être remise en service après 10 ans d'arrêt. Et préparez-vous à un voyage très écolo, annonce la Région Occitanie, désormais gestionnaire de la ligne ferroviaire.

C'est un chantier qui devrait changer la vie des voyageurs. À partir de mai 2025, la ligne de train Montréjeau-Luchon devrait reprendre du service. Fermée aux usagers depuis 2014, elle fait l'objet d'un important chantier de réhabilitation.

Première phase des travaux terminée

Lors d'une réunion publique organisée à Loures-Barousse (Hautes-Pyrénées) jeudi 18 avril, la présidente de Région, Carole Delga, a présenté l'avancement du projet. Afin que les 36 kilomètres de voie unique soient de nouveau empruntables, plusieurs phases et lieux de travaux sont nécessaires. La première phase, débutée en décembre 2023 et terminée en ce mois d'avril 2024, a permis la dépose de l'ancienne voie, la libération des emprises et la démolition des quais.

Pose de nouveaux rails en juillet

La pose des nouveaux rails et la reconstruction des quais dans les haltes (qui seront réhabilitées) seront au programme d'une seconde phase de chantier, de mi-juillet 2024 à fin mars 2025. "C’était un engagement, ce sera bientôt une réalité, s'est félicitée Carole Delga. Collectivement, nous engageons le territoire et ses vallées dans une véritable renaissance, en termes de qualité de vie, d’attractivité et de développement. Collectivement, nous mettons fin à dix années d’injustice territoriale !" 

6 allers-retours quotidiens et des trains pour Toulouse

À terme, le train, qui fonctionnera d'abord au diesel d'après La Nouvelle République des Pyrénées, puis à l'hydrogène, desservira les gares de Montréjeau-Gourdan-Polignan, Loures-Barousse, Marignac-Saint-Béat, Saléchan-Siradan et Bagnères-de-Luchon. Six allers-retours quotidiens sont prévus, pour un temps de parcours de 35 minutes. Certains trains iront même jusqu'à Toulouse.

Enfin, pour le plus grand bonheur des adeptes de la montagne, la Région annonce le retour de Skirail, avec la desserte des stations de Peyragudes et Superbagnères. La première rame à hydrogène (dont une partie est conçue à l'usine de Tarbes), est attendue pour fin 2025, avant une exploitation commerciale en 2026.

67 millions d'euros de travaux

Eric Azémar, maire de Luchon (sans étiquette), regrette le retard du chantier - il explique que le train était annoncé pour fin 2024 - mais se félicite de son retour. "Le train sera un atout de plus pour accéder à Luchon, qui est située en fond de vallée", témoigne-t-il. La gare du terminus, actuellement fermée, doit aussi bénéficier d'importants travaux de rénovation financés par la Région.

Au total, la facture de l'ensemble du chantier de régénération de la ligne caracole à 67 millions d'euros. Une opération entièrement gérée par la Région, puisque, pour la première fois en France, elle a obtenu auprès de l'État le transfert de la ligne, et donc du calendrier et des coûts. Reste à savoir si les délais seront respectés.