5000 tonnes de poudre aux portes de Toulouse. Le site des ballastières bientôt dépollué ?

C'est un serpent de mer à Toulouse. Sur le site des ballastières, à proximité de l'ancienne usine AZF, 5000 tonnes de nitrocellulose sont immergées depuis plus d'un siècle. La dépollution est débattue depuis des années mais n'avance pas. Un comité de suivi vient d'être créé.
5000 tonnes de nitrocellulose sont stockées près de l'Oncopôle de Toulouse et de l'ancienne usine AZF, depuis la fin de la Première guerre mondiale
5000 tonnes de nitrocellulose sont stockées près de l'Oncopôle de Toulouse et de l'ancienne usine AZF, depuis la fin de la Première guerre mondiale © France 3 Occitanie
Va-t-on enfin avancer sur la dépollution des ballastières (4 lacs artificiels) de Toulouse ? Depuis plus d'un siècle, 5000 tonnes de bandelettes de poudre reposent au fond des étangs, à l'arrière de l'Oncopôle. Il s'agit d'une estimation de l'armée, propriétaire du site.

Ces ballastières sont un "vestige" de la Première guerre mondiale. A l'époque, les explosifs étaient destinés à remplir les obus. A la fin du conflit de 14-18, l'armée avait décidé d'enfermer ces bandelettes de poudre dans des caisses immergées. L'eau rend l'explosif inerte alors qu'il peut s'enflammer à l'air libre. 
La nitrocellulose se présente sous la forme de bandelettes de poudre, immergées dans 4 lacs artificiels au sud de Toulouse
La nitrocellulose se présente sous la forme de bandelettes de poudre, immergées dans 4 lacs artificiels au sud de Toulouse © INA
Seulement voila, l'Etat botte en touche depuis des années sur cet énorme chantier et le financement de la dépollution. L'été dernier encore, le ministère des armées précisait que le site est intouchable : classé Natura 2000 donc protégé et abritant un lieu de reproduction d'espèces menacées. 

La rencontre fin août 2020 entre le Premier ministre, Jean Castex, et le maire de Toulouse pourrait faire bouger les lignes. Jean-Luc Moudenc avait renouvelé son inquiétude sur l'avenir des ballastières. Matignon vient d'annoncer la création d'un comité de suivi de la dépollution du site.

Une bombe à retardement aux portes de la ville rose

Le problème c'est qu'en 2020, les conditions de stockage de cette poudre se sont dégradées au gré des crues et du temps. Même si l'immersion empêche toute explosion :
 

Les caisses se sont délitées favorisant la propagation des poudres. La nitrocellulosse risque de se retrouver en-dehors des ballastières".

Pierre Grésillaud - comité de quartier Croix de Pierre à Toulouse


Les différents maires de Toulouse n'ont eu de cesse que d'alerter les pouvoirs publics sur la nécessaire dépollution du site. L'opposition muncipale s'est, elle aussi, fréquemment emparée du sujet. 
 

La raison principale (du blocage des travaux de dépollution) est celle du coût. La dépollution a un coût extrêmement important. Mais aujourd'hui, on ne peut plus opposer des raisons économiques à des enjeux de santé et de sécurité publiques. 

Antoine Maurice - Elu municipal d'opposition Archipel Citoyen

Le site des ballastières de Toulouse est toujours sous le contrôle de l'armée, plus de 100 ans après l'immersion des explosifs
Le site des ballastières de Toulouse est toujours sous le contrôle de l'armée, plus de 100 ans après l'immersion des explosifs © INA
Le niveau d'eau des ballastières est vérifié tous les jours, ce qui n'empêche pas les Toulousains, à commencer par les riverains, d'être inquiets. Ils déplorent notamment que les berges de la Garonne ne soient pas accessibles dans ce secteur du sud de la métropole, à l'heure où Toulouse essaie de se réapproprier son fleuve. 

Voir ici le reportage de Marie Martin et Thierry Villéger :Le futur téléphérique qui va relier le quartier de Rangueil à l'Oncopôle, survolera les ballastières. La mairie de Toulouse a précisé l'été dernier qu'il n'y avait pas de risque avec la proximité du chantier.  
La création de ce comité de suivi de la dépollution permettra peut-être d'envisager un avenir sans ballastières, plus de 100 ans après l'immersion de milliers de tonnes d'explosif.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement armée société sécurité urbanisme aménagement du territoire