Chute mortelle du 7ème étage d'un échafaudage à Toulouse : il s'agissait d'un suicide

Un homme de 36 ans a fait une chute mortelle à hauteur du 7 ème étage de l'échafaudage d'un immeuble en construction lundi après-midi à Toulouse. Un groupe facebook baptisé BTP en colère 31 avait appelé à un rassemblement mais une enquête a confirmé qu'il s'agissait d'un suicide.

Le lieu du drame, dans le quartier Borderouge à Toulouse
Le lieu du drame, dans le quartier Borderouge à Toulouse © Emmanuel Wat/FTV
Il était 16h19 lundi après midi à Toulouse, dans le quartier Borderouge, au niveau du numéro 31 du Boulevard Netwiller, lorsqu'un homme de 36 ans a fait une chute mortelle d'un échafaudage à hauteur du 7è étage d'un immeuble en construction,  a-t-on appris auprès du Centre opérationnel d'incendie et de secours (Codis) de la Haute-Garonne.

Rapidement sur place, le Samu 31 et les sapeurs-pompiers n'ont pu que constater le décès de la victime


Le "groupe BTP en colère 31", issu du mouvement des Gilets Jaunes, qui s'est constitué sur Facebook début décembre 2019 avait organisé un rassemblement pour dénoncer ce qu'il pensait être "un accident du travail", ignorant qu'il s'agissait d'un acte desespéré d'une personne extérieure au chantier.

Joint par téléphone, le secrétaire général de la Fédération départementale de la Haute-Garonne du BTP , Jonathan Sutra, nous a en effet confirmé que l'inspection du travail avait conclu à un suicide d'une personne extérieure au chantier. Jonathan Sutra rappelle que la question des chutes sur les chantiers est une question prioritaire et que les entreprises y sont sensibilisées.

Le groupe Facebook BTP en colère rassemblerait, selon l'un de ses membres, une quarantaine de personnes à Toulouse. Des ouvriers du secteur du BTP, (menuisiers, charpentiers, couvreurs..) qui souhaitent s'organiser pour défendre leur conditions de travail et évoquer la question de la pénibilité et de la réforme des retraites.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers