Aérospatiale. Croissance soutenue, tensions sur les matières premières et l'emploi : les 5 tendances de la filière en 2022

Après un rebond modéré en 2021, l'activité de la filière aérospatiale en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine accélère en 2022. Le chiffre d'affaire lié aux activités de ce secteur a connu une augmentation de 18% en 2022, porté par l'activité aéronautique comme le constate l'INSEE Occitanie dans son analyse rendu publique mercredi 20 décembre 2023.

355 avions Airbus, dont des options d'achat, commandés le 15 décembre, par Turkish Airlines. 4 jours plus tard, c'est la compagnie low cost Easy Jet qui confirme une commande de 157 Airbus destinés à être livrés d'ici à 2034. Le même jour, le géant du transport aérien Lufthansa annonce une commande de 40 Airbus A220-300. Cette fin d'année est particulièrement intense pour le constructeur européen. Le symbole d'une reprise d'une croissance soutenue de la filière aérospatiale dans le Grand Sud-Ouest (GSO), regroupant l'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, depuis 2022 comme le constate l'INSEE d'Occitanie.

1. Croissance économique soutenue dans l'aéronautique : En 2022, le chiffre d'affaires de la filière aéronautique et spatiale a augmenté de manière significative, enregistrant une croissance de 18,1 % par rapport à l'année précédente. Cette dynamique positive a touché pratiquement tous les secteurs, à l'exception notable de l'industrie spatiale, qui a connu une croissance plus modérée de 1,5%.

2. Tensions sur les matières premières et la main d'oeuvre : Les entreprises doivent faire face à la hausse du coût des matières premières et surtout le manque de main-d'œuvre. En 2022, la flambée des prix des matières premières a impacté plus de la moitié des entreprises de l'industrie aéronautique et spatiale. De plus, trois entreprises sur cinq ont signalé un manque de main-d'œuvre, tandis que la tension sur l'approvisionnement persiste.

3. Reprise de l'emploi : En dépit de ces défis, les effectifs dédiés à la filière ont augmenté de 4,5% en 2022, créant 4 900 emplois nets. La construction aéronautique et spatiale a joué un rôle clé dans cette croissance, contribuant à 44% des nouveaux emplois. Les perspectives pour le début de 2023 sont optimistes, avec une anticipation de la poursuite de la hausse de l'activité dans l'industrie aéronautique.

4. Vers une nouvelle vague d'embauche  Les 1.760 établissements du GSO dédiés à la filière emploient un total de 159 600 salariés. Parmi eux, 62 % travaillent pour l'aéronautique, 11 % pour le spatial, et le reste dans d'autres secteurs tels que la défense, l'énergie ou l'automobile. L'Occitanie se positionne en tant que principal moteur de l'emploi aérospatial, concentrant 70 % des emplois de la filière. Mais les entreprises du GSO devraient poursuivre les embauches avec un besoin de recrutement qui reste élevé. Cependant, les difficultés de recrutement persistent. Absence de candidats, forte concurrence avec d’autres entreprises du même bassin d’emploi (70 %), décalage entre le profil des candidatures et le poste ou la localisation de l’entreprise, sont les principales raisons de ces problèmes d'embauche. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Manatour (@groupe_manatour)

5. Une nouvelle accélération dans l'aéronautique : Interrogés au premier semestre 2023 sur
leurs perspectives pour le début d’année, les chefs d’entreprise de la filière aéronautique estiment que l’activité augmente au premier semestre 2023 par rapport au second semestre 2022 laissant planer de belles perspectives pour les prochains mois. En revanche, dans le spatial, la morosité concernant l’activité perdure au premier semestre 2023.