• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aérotram de Toulouse : élèves, profs et parents s'opposent au survol du lycée Bellevue par le téléphérique

Le futur téléphérique devrait survoler le lycée bellevue et l'amputer d'une partie de son patrimoine / © Mathilde Laban/France 3 Midi-Pyrénées
Le futur téléphérique devrait survoler le lycée bellevue et l'amputer d'une partie de son patrimoine / © Mathilde Laban/France 3 Midi-Pyrénées

Ils refusent l'implantation de la gare de départ du futur Aérotram et le parcours de la ligne téléphérique dans et au-dessus du lycée Bellevue. Parents, personnels et élèves dénoncent dans une pétition les nuisances sonores, les risques pour la sécurité et l'amputation du patrimoine du lycée

Par VA.

En Vidéo, le reportage de Mathilde Laban et de Virginie Beaulieu :
Le lycée Bellevue ne veut pas de téléphérique au-dessus de l'établissement
A Toulouse, c'est tout un lycée qui se mobilise. Eléves, professeurs, direction et parents contestent le projet de téléphérique, l'Aérotram au sud de la métropole. Car dans la forme actuelle du projet, le téléphérique doit passer juste au-dessus du lycée Bellevue.

Ils ne sont pas contre le projet de futur téléphérique toulousain qui doit relier la fac Paul Sabatier à l'oncopole.

Mais ils ne veulent pas que la gare de départ de cet Aérotram se situe dans l'enceinte du lycée bellevue, derrière la loge de l'entrée principale, avec un survol de l'établissement, particulièrement des bâtiments M et N.

Les élèves, le personnel du lycée et les deux fédérations de parents d'élèves viennent donc de lancer une pétition en ligne. Ils estiment que

le lycée "n'est pas le meilleur endroit à survoler pour assurer de bonnes conditions d'apprentissage, le bien-être et la sécurité des élèves et du personnel qui y travaille".


Faire évoluer les moyens de transport : d'accord, disent-t-il, "mais pas en dépit du bons sens".

Pour eux, non seulement le patrimoine bâti et paysager du lycée Bellevue est menacé par ce projet, mais également le quotidien de plus de 2250 élèves et de 200 membres du personnel.

"En amputant le parc Bellevue d'une partie de sa superficie, en implantant des pylônes dans ce parc, en survolant les bâtiments où travaillent élèves et personnels, en produisant une nuisance sonore, l'Aérotram actuellement en projet modifierait profondément le site du lycée Bellevue et perturberait la tranquillité, le bon fonctionnement et sans doute la sécurité des usagers et du personnel, tout particulièrement par le survol permanent du site. Le va et vient incessant de cabines constituerait une dégradation de la qualité des conditions d'apprentissage des élèves. Le projet pourrait engendrer la suppression d'un stade sportif. Ce n'est pas la réalisation du projet en lui-même que nous jugeons négativement, mais bien son implantation sur un site scolaire et son impact prévisible sur le Lycée Bellevue",

soulignent les protestataires dans le texte de leur pétition.

Ils regrettent également que "malgré les propositions faites par le lycée lors de plusieurs réunions, la mairie, les chefs de projets et autres acteurs concernés refusent une modification du projet".

Du côté de la mairie de Toulouse et du syndicat Mixte des Transports en Commun, on estime qu'"il n' a pas d'autres choix possibles pour des raisons techniques".

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus