Airbus, leader mondial de l'aéronautique, termine l'année 2023 avec un double record historique, loin devant Boeing

Airbus qui possède 5 chaînes d'assemblage à Toulouse en Haute-Garonne finit l'année 2023 en établissant le double record du nombre d'avions commercialisés et livrés en 2023. De quoi booster l'écosystème aéronautique dans tout le Sud-ouest.

Airbus va sûrement tirer profit des déboires du 737 max de Boeing. Mais le champion européen de l'aviation n'avait pas besoin de cela.

Numéro 1 mondial devant Boeing depuis 2019, Airbus aura commercialisé 1883 avions en 2023, établissant ainsi un nouveau record devant son rival américain qui en a vendu un millier. En 2022, le constructeur européen avait engrangé 820 commandes, soit presque deux fois moins. Un autre record historique concerne les livraisons d'Airbus, qui possède 5 chaînes d'assemblage à Toulouse en Haute-Garonne, totalisant 733 appareils livrés. Cela représente 72 de plus que l'année précédente, avec environ une centaine d'avions produits rien qu'au mois de décembre.

"Jamais on aura vendu et fabriqué autant d'avions dans le monde en temps de paix", affirme Thierry Sentous, journaliste spécialisé dans l'aéronautique à France 3 Occitanie. Trois raisons expliquent cette envolée du secteur aéronautique.

Augmentation du trafic aérien de tourisme

"La demande de déplacement à longue distance continue d'augmenter principalement pour des raisons de tourisme, explique Marc Ivaldi, président de l'association française d'économie des transports et professeur à TSE. La demande de transport aérien continue de progresser notamment en Asie, au Moyen-Orient, par exemple et a retrouvé ses niveaux d'avant en Covid en partie". Petit bémol, le trafic aérien concernant les voyages d'affaire n'a pas retrouvé son niveau d'avant Covid, notamment en France et en Europe, en raison du développement des visio- conférences.  

Décarbonation du secteur

Autre facteur qui fait décoller les commandes d'avions : la décarbonation du secteur aéronautique. "Si les compagnies veulent coller aux objectifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre, une des vraies solutions à très court terme, c'est d'acheter des nouveaux avions, moins énergivores et qui entraînent moins de différents types de pollution", analyse encore Marc Ivaldi. De nouveaux appareils permettent aussi de diminuer les coûts d'exploitation d'environ 20 à 30 % par rapport aux générations précédentes. En attendant que de nouveaux types d'appareils comme des avions hybrides électriques voient le jour à horizon 2030. 

"Les autres technologies qui permettraient de faire baisser les émissions de CO2 de l'aviation comme les safe, les biofuels, les avions électriques, pour le moment, on est loin de savoir le faire dans de très bonnes conditions économiques", minore l'expert.  

Les difficultés de Boeing

Enfin, les difficultés de Boeing notamment sur son 737 max profitent indéniablement à Airbus et son A320. Après deux crashs survenus avec cet appareil, un avion de ligne de la compagnie Alaska Airlines a perdu une porte d'évacuation en plein vol, vendredi 5 janvier 2024. 

Mais Airbus avait déjà une bonne longueur d'avance sur son concurrent avec son A320 qui représente à lui seul 76% des ventes en 2023 et un carnet de commandes rempli pour les prochaines années à venir. De quoi profiter à l'ensemble de l'écosystème de l'aéronautique constitué de 550 entreprises, petites ou grandes, principalement installées dans le Sud-Ouest. 

(Avec Thierry Sentous)