Atterrissage d'urgence d'un ATR 42 à Toulouse, après une panne moteur pendant un vol d'essai

Photo d'illustration d'un ATR 42-600 / © MaxPPP
Photo d'illustration d'un ATR 42-600 / © MaxPPP

INFO FRANCE 3 - Un vol d'essai d'un ATR 42 autour de Toulouse s'est terminé ce jeudi matin par une descente rapide pour finalement se poser en urgence sur la piste de Blagnac. Une enquête a été ouverte. 

Par Fabrice Valery

Ce devait être un vol d'essai, comme il y en a des centaines chaque année dans le ciel de Toulouse. Avec les aléas que cela peut engendrer.

Ce jeudi matin, un ATR 42-600 a décollé de Toulouse-Blagnac à 9h24 selon nos informations et a pris la direction des Pyrénées au sud du département de la Haute-Garonne. Arrivé sur zone, l'appareil évoluait à une altitude d'environ 15 000 pieds. 

Appel de détresse et plan Orsec à l'aéroport

Après une boucle au-dessus de Saint-Gaudens, l'équipage de l'appareil a lancé un appel de détresse et l'avion a perdu beaucoup d'altitude en quelques minutes.

L'équipage a tout de même repris la direction de l'aéroport de Toulouse où une procédure a été mise en place pour un atterrissage d'urgence. 

Selon nos informations, le plan ORSEC a été déclenché à l'aéroport Toulouse-Blagnac. Ce plan n'est déclenché que très rarement, lorsqu'un appareil est en danger. Il s'agit de fermer les pistes pour permettre à l'avion de se poser.

Des témoins rapportent que durant l'approche finale, l'ATR était "en piqué" et, alors que les pompiers de l'aéroport se rendaient en urgence en bord de piste, l'avion s'est mis "sur la tranche". Un témoin fait état d'un "important taux de descente" très inhabituel.

Tout le monde a retenu son souffle mais les pilotes sont tout de même parvenus à poser l'avion. Il était 10h18.

Panne moteur ?

Contacté par France 3, ATR confirme l'incident et l'ouverture d'une enquête pour déterminer les causes de la panne, sans préciser la nature de celle-ci : 

ATR confirme qu’un avion d’essais ATR a réalisé un atterrissage d’urgence à l’aéroport de Toulouse Blagnac conformément aux procédures standards. L’avion a atterri en toute sécurité et il n’y a pas eu de blessé. Une enquête a été ouverte, conformément aux procédures normales.

Selon nos informations, au moins un des deux moteurs à hélice était à l'arrêt au moment de l'atterrissage. Une information qu'ATR "n'est pas en mesure de confirmer" nous a-t-on indiqué. 

ATR est détenu par Airbus à 50 %

Le fabricant d'avions de transports régionaux ATR a son siège à Toulouse. Aux côtés d'Airbus (qui détient 50 % de son capital), ATR est "l'autre" avionneur toulousain, leader du marché des bimoteurs turbopropulsés.  L'ATR 42-600 est le dernier né de la famille ATR 42. 

L'avion peut transporter entre 42 et 60 passagers mais il n'y avait que l'équipage à bord durant ce vol d'essai. L'avion est équipé de moteurs Pratt & Witney.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus