Avion. Sous la pression des riverains, la fin des vols de nuit à l'été 2024 confirmée à l'aéroport Toulouse-Blagnac

L’été dernier a été marqué par de très nombreux vols de nuit. Au point de pousser les associations de riverains de l’aéroport Toulouse-Blagnac à demander la fin des vols commerciaux de passagers de nuit. Une demande respectée à l’été 2024, annonce la direction de l’aéroport.

L’été 2023 a été particulièrement difficile à vivre pour les riverains de l’aéroport Toulouse-Blagnac. En juillet dernier, 745 vols ont été enregistrés entre 22h et 6h. Cela correspond à une augmentation de 22% des vols de nuit par rapport à 2022. Depuis, les habitants vivent dans l’inquiétude de revivre un nouvel été de nuisances sonores.   

La fin des vols commerciaux de nuit

Dans ce contexte tendu, la direction de l’aéroport Toulouse-Blagnac annonce la déprogrammation des vols de nuit. Un engagement annoncé officiellement ce mardi 26 mars. “C’est une première, et c’est le résultat d’un travail collectif, un travail de co-construction avec les compagnies aériennes qui comprennent l’enjeu, parce qu’il s’agit de notre avenir à nous tous”, déclare Philippe Crébassa, le président du directoire Aéroport Toulouse-Blagnac. “À nous, les acteurs aériens de la plateforme, de convaincre les associations, les riverains, que nous voulons être exemplaires et que nous travaillons d’arrache-pied à réduire et à maîtriser les nuisances sonores.”

Durant l’été à venir, aucun vol commercial de passagers ne sera programmé entre minuit et 6h. L’an dernier, 75 vols ont été programmés dans cette tranche horaire représentant le cœur de nuit, et 231 en 2019. Autre mesure, aucun vol commercial de passagers ne sera programmé après 23h. En 2023, l’aéroport Toulouse-Blagnac en avait programmé 279.   

Nous savons bien que pour continuer de nous développer, pour continuer d’ouvrir l’acceptabilité sociétale, il nous faut toujours travailler à mieux gérer les nuisances sonores.

Philippe Crébassa, président du directoire Aéroport Toulouse-Blagnac

Deux exceptions majeures

Une annonce dans le sens des attentes des riverains. Mais celle-ci exclut tout de même deux situations. Seuls les vols commerciaux de passagers programmés sont concernés. Les vols programmés avant 23h, en cas de retard, pourront décoller ou atterrir en plein milieu de la nuit (contrairement à d’autres aéroports français). 

Autre bémol, le fret postal n’est pas concerné par cette mesure. “Il s’agit d’un trafic au bénéfice du territoire puisque 80% de la marchandise dans les soutes de l’avion Chronopost a un usage de service public”, argue Philippe Crébassa. “Cet avion permet de desservir l’ensemble du Grand Ouest, y compris les territoires les plus éloignés, pour des besoins de service public et de fonctionnement du territoire.” Le fret postal représente 200 rotations par an.    

Lors de sa conférence de presse, le président du directoire Aéroport Toulouse-Blagnac a précisé que ce programme pourrait évoluer à la marge d'ici à l'été 2024, car il repose sur aussi sur la volonté des compagnies aériennes de le respecter.