Les supporters du TFC au bord de la crise de nerf : le Brexit et les passeports pourraient leur faire rater le match à Liverpool

Le 26 octobre prochain, les Violets se déplaceront au stade d'Anfield en Angleterre pour affronter Liverpool en Europa League. Derrière eux, une armée de supporters toulousains est attendue. Du moins, ceux disposant d'un passeport, un document obligatoire depuis le Brexit. Résultat, ils sont nombreux à espérer obtenir le précieux sésame avant le match, sous peine de devoir le regarder à la TV.

"Liverpool here I come !" (Liverpool, j'arrive !), écrit sur Twitter un supporter du TFC, heureux d'avoir obtenu son passeport à temps. 

Comme lui, ils sont nombreux à avoir réalisé qu'il fallait désormais un passeport pour se rendre en Angleterre. Une difficulté supplémentaire, pour laquelle il faut remercier le Brexit.

Josep Fabregas, supporter toulousain d'origine espagnole, est de ceux-là. Le jeune homme fait partie des Indians, le groupe d'ultras du TFC, mais il a voulu prendre les places de son côté, avec quelques amis. "On avait tout préparé, on était prêt à acheter les billets, mais pour réserver il fallait renseigner mon numéro de passeport. C'est là que j'ai réalisé qu'il était périmé."

Coup dur ! La perspective de voir les exploits de Dallinga, Gelabert et leurs coéquipiers dans le jardin des Reds semble alors s'éloigner. 

S'il a fait sa demande il y a déjà plus d'un mois, Josep garde espoir : "On m'a dit que je devrais le recevoir le 16 octobre, soit 10 jours avant le match. Mais pour réserver les transports et acheter ma place au stade j'ai besoin du numéro de passeport au plus vite. Je vais appeler la mairie, en Espagne où j'ai fait ma demande, pour essayer de l'avoir en avance."

Au pire, il y a aussi le déplacement en Autriche !

Cyril Dot, supporter du TFC

Cyril Dot, un de ses amis s'y est pris encore plus tard : "J'ai fait ma demande le 4 septembre, se rappelle l'étudiant. Je m'y suis pris au dernier moment c'est vrai, mais je n'ai pas pensé à le faire cet été ! Avant le tirage au sort, on était pas sûr de tomber sur une équipe anglaise."

Pour le Toulousain la course-contre-la-montre est lancée. "J'ai un ami qui a fait sa demande en même temps que moi à la mairie de Toulouse, il a reçu son passeport il y a quelques jours, moi j'ai pas de nouvelles."

Rater ce match historique pour une affaire de papiers ? "Ce serait dommage, concède l'étudiant. Mais au pire il y a le déplacement en Autriche !" Un match à Linz, ça a quand même moins d'allure que chez le sextuple vainqueur de la Ligue des Champions.

Résultat, Cyril, comme Josep n'ont pas encore pu obtenir leur billet ni leur moyen de transport. "Il n'y a plus de places dans les bus du TFC, assure Cyril. Et l'avion des Indians, ça coûte bien plus cher. Alors je sais pas, peut-être que j'irais en train."

Les demandes en mairie encore possibles

Du côté de la mairie de Toulouse, on assure ne pas subir de rush dans les demandes de passeport liées au match. Mais pour être sûr de déposer son dossier au plus vite, on conseille de "se connecter sur le site de la mairie ou des mairies de quartier le matin entre 8h30 et 9h, pour savoir quand des créneaux se libèrent."

En revanche, aucune garantie de le recevoir à temps pour le 26 octobre. "La fabrication dépend des services de l'Etat, ça peut prendre du temps, et on n'a aucun pouvoir la dessus", nous glisse-t-on à la mairie. 

Pour les retardataires qui ne pourraient pas traverser la Manche à temps, rendez-vous le 9 novembre. Les Reds de Mohamed Salah seront ce jour là sur la pelouse du Stadium. Et pas besoin de passeport, un ticket de métro suffira.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité