Pour cesser de s'habituer à la misère un artiste met Macron à la rue : la dernière oeuvre du Toulousain James Colomina

L'artiste toulousain, James Colomina, connu pour ses sculpture rouges a installé une réplique du président Emmanuel Macron lundi 21 décembre dans le 10e arrondissement de Paris. Une oeuvre pour "mettre en lumière les sans abris" et dénoncer la "banalisation de la misère".

La réplique d'Emmanuel Macron a été installée dans le 10e arrondissement de Paris en ce premier jour de l'hiver.
La réplique d'Emmanuel Macron a été installée dans le 10e arrondissement de Paris en ce premier jour de l'hiver. © Olivier Bac - FTV

Le rouge de la sculpture représentant le président de la République, Emmanuel Macron, tranche avec le vert de la tente, devant laquelle l'oeuvre a été placée. Il n'y a pas de doutes. Cette installation située le long du Canal Saint-Martin dans le 10e arrondissement de Paris est celle de l'artiste toulousain James Colomina.

L'oeuvre représentant Emmanuel Macron a été installée dans un campement de tentes situées sur les quais du Canal Saint Martin dans le 10e arrondissement de Paris.
L'oeuvre représentant Emmanuel Macron a été installée dans un campement de tentes situées sur les quais du Canal Saint Martin dans le 10e arrondissement de Paris. © Olivier Bac - FTV

Difficile pour le passant de ne pas avoir le regard attiré par cette oeuvre au milieu d'un campement de tentes comme si le personnage était lui-même un sans domicile fixe.

"En ce premier jour de l'hiver, j'ai voulu dénoncer la banalisation de la misère des sans-abris enfermés dehors et trop souvent oubliés" explique l'artiste.

Mettre le président "tout en bas"

Un message qui selon lui ne serait "pas politique" mais "sociétal" : "J'ai juste pris notre président qui est tout en haut de la pyramide pour le mettre tout en bas. En créant cette oeuvre, j'espère mettre la lumière sur les sans-abris. Il faut qu'on cesse de s'habituer à la misère". Ramener le Président à une réalité très "terre à terre" et attirer avec lui l'attention de l'opinion publique.

En 2019, James Colomina avait déjà organisé un happening similaire avec son oeuvre, "le migrant", posée dans plusieurs lieux symboliques de Paris, place Vendôme, à la Tour Eiffel, à l'Arc de Triomphe, au Musée du Louvre afin de pointer du doigt le dénuement des exilés face à l'abondance de notre société. A plusieurs reprises, la police était intervenue pour demander à l'artiste de retirer son oeuvre. L'histoire ne dit pas si la même demande a été faite pour sa réplique du Président de la République.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture sans papiers société sdf