Coronavirus : Latécoère obtient 60 millions d'euros de prêts pour éviter le crash

C'est une bouffée d'oxygène pour l'équipementier aéronautique Latécoère, en partie implanté à Toulouse. Il vient d'obtenir 60 millions d'euros de prêts garantis par l'Etat pour passer le cap difficile de l'épidémie. Le groupe enregistre des résultats en baisse au premier trimestre 2020.
La pandémie de Covid-19 a cloué au sol une bonne partie des flottes d'avions commerciaux du monde entier.
Chez les constructeurs, équipementiers et sous-traitants aéronautiques, les cadences de production ont été fortement réduites, conséquence du confinement et du blocage de l'économie.

Parmi les sociétés impactées, l'équipementier Latécoère né à Toulouse il y a plus d'un siècle. Dès 1917, Pierre-Georges Latécoère, l'un des pionniers de l'Aéropostale, fait décoller des biplans puis des hydravions. Aujourd'hui, le groupe a conservé son siège social dans la ville rose. Il emploie plus de 5000 personnes dans 13 pays et produit des tronçons de fuselage, des portes et des câblages pour l'aviation.

Dans un contexte de crise sanitaire et économique, ces prêts obtenus auprès d'un consortium de banques donnent au groupe de la visibilité pour les mois futurs. 

Ces prêts renforcent la liquidité immédiate du groupe et lui permettront de redémarrer efficacement sa production, une fois les mesures de confinement levées,

explique Latécoère dans un communiqué.

Après une année 2019 marquée par une perte nette de 32,9 millions d'euros (sur un chiffre d'affaires de 713 millions d'euros), Latécoère a subi quelques trous d'air avant même le confinement. Au premier trimestre 2020, l'équipementier aéronautique a vu son chiffre d'affaires baisser de 17,9%. 

Une crise qui va durer

Ces 60 millions d'euros de prêts sont nécessaires car les réductions de voilure dans le secteur aéronautique ne devraient pas s'arrêter à court terme. 

Latécoère s'attend à ce que l'épidémie continue d'exercer une pression importante sur ses revenus au 2ème trimestre 

Prudent, pour ne pas dire pessimiste, le groupe a "retiré" ses prévisions d'objectifs pour l'année 2020.

Les turbulences touchent en premier lieu les constructeurs comme Airbus qui a réduit d'un tiers la cadence de production de ses longs-courriers (A350 et A330). Dassault Aviation a également revu à la baisse ses volumes de production pour le programme F7X. La division Aérostructures de Latécoère a été directement impactée par ces décisions.

Latécoère, qui est passé en décembre 2019 sous le contrôle du fonds d'investissement américain Searchlight, a remanié ses organes dirigeants en mars 2020, remplaçant sa directrice générale Yannick Assouad par le Britannique Philip Swash.
 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives