Coronavirus : le patron du Samu de Toulouse, Vincent Bounes, sceptique sur l'application d'un nouveau confinement

L'hypothèse d'un nouveau confinement est évoquée par Emmanuel Macron. Mais le directeur du Samu de la Haute-Garonne, Vincent Bounes, doute de l'utilité d'une telle mesure. Le médecin toulousain est sceptique sur la capacité de la population à s'adapter et respecter un second confinement. 

Vincent Bounes. Directeur du Samu
Vincent Bounes. Directeur du Samu © France 3
La situation sanitaire s'aggrave rapidement. Les contaminations explosent et le nombre de décés augmente. Contacté par France 3 Occitanie, un membre de la majorité présidentielle ne cache pas son inquiétude et lâche : "on ne contrôle plus rien au niveau des clusters".

L'hypothèse d'un nouveau confinement, exclue jusqu'à présent, est mise sur la table au plus haut niveau de l'Etat. Lors d'un déplacement dans un hôpital du Val-d'Oise, Emmanuel Macron a brisé un tabou en utilisant le mot "confinement" et n'excluant pas des "confinements locaux ou plus larges".

Pour le maire (LR) de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, "ce serait dramatique d'en arriver là si on ne pouvait faire autrement". Le directeur du Samu de la Haute-Garonne, Vincent Bounes, estime qu'à "son avis, si une mesure de reconfinement est prise, elle sera brutale et imposée par Paris sur des critères stricts". Le médecin, spécialiste des gestions de crise, "ne pense pas qu'il y ait une chance pour qu'on puisse négocier ou adapter en local".

Vincent Bounes est surtout dubitatif sur l'efficacité du confinement 
 

La question se pose de savoir si le confinement est utile. Dans le cadre de la première vague, ce qui a vraiment marché, c'est que la population a joué le jeu. Elle était très motivée. Cela a permis de stopper la circulation du virus. Vu l'état d'esprit actuel, je ne pense pas que nous ayons le même succès en cas de confinement. L'effet du confinement sera forcément beaucoup marqué

Vincent Bounes. Directeur du Samu 31

Pour le médecin toulousain, l'efficacité du "traitement" dépend de la capacité pour la population à encaisser les effets secondaires, économiques, sociaux et psychologiques. Et, pour Vincent Bounes, le seuil de tolérance est atteint. Le directeur du Samu 31 estime que, d'un point de vue purement sanitaire, un confinement est utile pour gèrer l'épidémie. Mais que "ses effets seront forcément plus limités, plus pénibles et clairement moins bien, beaucoup moins bien perçsu par la population". 

L'Elysée faisait, il y a quelques jours à peine, la même analyse.

Désormais l'entourage d'Emmanuel Macron admet qu'un nouveau confinement n'est pas exclu. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société