Covid-19 : des drives de tests salivaires sur les campus toulousains

Publié le Mis à jour le
Écrit par Stéphanie Bousquet
Centre de dépistage covid-19 à l'université Toulouse 1- Capitole
Centre de dépistage covid-19 à l'université Toulouse 1- Capitole © FTV/ Stéphanie Bousquet

Trois grands centres permanents de dépistage Covid-19 ouvrent dans des universités de Toulouse (Haute-Garonne) : Capitole, Jean Jaurès et Paul Sabatier. Des tests salivaires pour détecter les cas Covid et permettre le retour progressif des étudiants, actuellement en distanciel, sur les campus.

En cette période d'épidémie de coronavirus, la majorité des cours des étudiants toulousains reste en distanciel. Afin de permettre leu retour progressif sur les campus trois grands centres permanents de dépistage Covid-19 ouvrent dans des universités de Toulouse (Haute-Garonne) : Capitole, Jean Jaurès et Paul Sabatier.

A l'université Toulouse 1 Capitole, le centre de dépistage Covid-19 a été installé dans un amphithéâtre annexe, à l'intérieur même du campus pour faciliter son accès. Depuis le 1er mars, il accueille les étudiants et le personnel universitaire qui souhaitent effectuer un test salivaire rapide.

A l'intérieur, l'organisation est la même que pour un test PCR nasopharyngé, l'étudiant donne son nom, prénom, un mail et présente sa carte étudiant. Ensuite, place au prélèvement salivaire.

" Il faut d'abord tousser, puis fabriquer de la salive pendant quelques secondes qu'on fait ensuite couler le long d'un tube. L'idée est de recueillir le maximum de salive chargée en virus pour pouvoir le dépister ", explique le docteur Jean-Michel Mansuy, médecin biologiste, spécialiste des virus respiratoires émergents au CHU de Toulouse. " Le test salivaire est quasiment tout aussi efficace que le PCR nasopharyngé ".

Le test salivaire, plus simple moins contraignant

Thomas, étudiant en Droit, n'est que 3 heures par semaine en présentiel à l'université. Ce jour là, il a décidé de se faire tester.

Franchement c'est plus simple, moins contraignant que le test PCR pratiqué dans le nez. Et j'avoue que le fait que cela soit à la fac, c'est plus simple. J'espère que cela nous permettra de revenir en présentiel."

Thomas, étudiant en Droit

Ensuite tout fonctionne comme pour les tests PCR nasopharingé, le prélevement est envoyé au laboratoire d'analyses des hôpitaux de Toulouse, dans les 24h l'étudiant reçoit un courriel avec ses résultats.

Au total trois centres de dépistage Covid-19 avec des tests salivaires sont mis en place sur les campus toulousains. A l'UT1, Capitole, à l'UT2, l'université Jean Jaurès et à l'UT3, celle de Paul Sabatier. Ces centres vont être permanents, ouverts par demi-journée toute la semaine du lundi au vendredi.

Permettre le retour des élèves sur les campus

" La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédéric Vidal a annoncé en janvier un retour progressif des élèves sur les sites universitaires. Notre objectif c'est de dépister un maximum d'étudiants chaque semaine, pour casser les chaînes de contaminations, éviter des clusters et permettre ainsi d'accueillir à nouveau les élèves sur site. Car nos étudiants ne sont pas bien. ", explique Philippe Raimbault, président de l'université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées qui nous présente le dispositif.

Il faut dire que bon nombre d'étudiants avoue être en souffrance. Comme l'avoue Charles qui se fait tester ce mardi là.

Ce test c'est moins intimidant que le test PCR, je me ferai testé plus souvent du coup. Surtout si ça peut nous permettre de retrouver une vie normale parce que là ça devient dur.

Charles, étudiant en 2ème année d'économie gestion

Jusqu'à 300 personnes testées par jour

614 étudiants et personnel universitaire ont déjà été testés sur Toulouse depuis le début de ces drives universitaires le 1er mars. 3,4 % d'entre eux étaient positifs à la Covid 19.

Au total, ces drives pourront tester jusqu'à 300 personnes par jour sur l'ensemble des universités toulousaines.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.