Covid : une étude du CHU de Toulouse montre la nécessité de trois doses de vaccin pour les patients transplantés

Publié le
Écrit par Julie Valin
Le suivi biologique de patients greffés au CHU de Toulouse a permis de montrer que pour augmenter leurs réponses vaccinales, il fallait leur injecter trois doses.
Le suivi biologique de patients greffés au CHU de Toulouse a permis de montrer que pour augmenter leurs réponses vaccinales, il fallait leur injecter trois doses. © MaxPPP

Les équipes du CHU de Toulouse ont mené une étude sur la nécessité d'injecter trois doses de vaccin anti Covid-19 chez les patients transplantés ou dialysés pour leur garantir une meilleure protection immunitaire.

Les patients immunodéprimés, et particulièrement les patients transplantés, présentent un risque très élevé de formes sévères de la Covid-19. Une personne greffée qui contracte la Covid a un taux de mortalité 10 à 15 fois supérieur à celui de la population générale. C'est pourquoi, dès le début de la campagne de vaccination, la Société Francophone de Transplantation (SFT) et la Société Francophone de Néphrologie Dialyse et Transplantation (SFNDT) ont préconisé de vacciner prioritairement cette population.

Une réponse immunitaire insuffisante avec deux doses

L’équipe de Néphrologie et Transplantation d’Organes du CHU de Toulouse, soutenue par la cellule vaccination de l'hôpital, a proposé immédiatement un dispositif dédié aux patients transplantés suivis au CHU. Dès janvier 2021, un suivi biologique des patients transplantés a été assuré pour surveiller l’efficacité et la tolérance des vaccins après chaque injection.

Les résultats après l’administration de deux doses à un mois d'intervalle ont montré que la réponse immunitaire est insuffisante, à peine 34% de protection chez ces patients.

Des patients mieux protégés avec trois doses

La Direction Générale des Soins a alors recommandé l'injection d’une troisième dose pour les patients transplantés et certains dialysés. 

Les équipes de Néphrologie et Transplantation d’Organes et du laboratoire de Biologie – Virologie (dirigées respectivement par le Pr Nassim Kamar et le Pr Jacques Izopet) et de la cellule vaccination du CHU, ont permis de rapporter rapidement l’effet de cette troisième dose à un mois d'intervalle chez les 101 premiers patients transplantés.

68% de protection après la troisième injection 

Dans cette population, la réponse vaccinale s’élève à 68% après la troisième dose. L'étude toulousaine démontre que  44% des patients qui étaient séronégatifs après deux doses ont développé des anticorps contre le SARS-CoV-2. 

En terme de réponse immunitaire, les greffés du foie répondent mieux que ceux du rein et des transplantations thoraciques (coeur et poumons), ça s'explique par des traitements immunosuppresseurs moins lourds. Et les transplantés les plus âgés développent moins d'anticorps que les jeunes.

Professeur Nassim Kamar, nephrologue CHU Toulouse

Depuis janvier 2021, plus de 1.750 patients greffés ou dialysés du CHU de Toulouse ont été vaccinés. Seuls trois cas de rejet d'organes ont été constatés à la suite de la deuxième injection. 

Nous avons eu deux cas de rejets de greffe de rein après la deuxième dose et un cas de rejet de transplantation de foie. Ce qui est très peu par rapport au nombre de patients vaccinés.

Professeur Nassim Kamar, néphrologue

Ces patients greffés et dialysés font toujours l'objet d'un suivi à trois mois, six mois puis un an après leur dernière injection car les médecins ne savent pas si les anticorps sont tous neutralisant face à la Covid-19.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.