• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Crash à Gonesse : “Le Concorde a changé ma vie, celle de mon mari et de mes enfants”

Le 25 juillet 2000, à Gonesse, le Concorde d'Air France s'écrase sur un hôtel peu après son décollage de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. L'accident provoque la mort de 113 personnes. / © AFP
Le 25 juillet 2000, à Gonesse, le Concorde d'Air France s'écrase sur un hôtel peu après son décollage de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. L'accident provoque la mort de 113 personnes. / © AFP

Les 50 ans du Concorde ont été marqués par de nombreuses réussites mais aussi par une tragédie. Le 25 juillet 2000, l'avion Air France s'écrase sur Hotelissimo à Gonesse faisant 113 victime. Michèle Fricheteau, directrice de l'hôtel, est une rescapée. Elle nous livre sa vision de l'oiseau blanc.

Par Sylvain Duchampt

Les 50 ans du Concorde, Michèle Fricheteau les observe de façon un peu décalé et surtout de très loin. Depuis plus de 15 ans, l'ancienne directrice de l'hôtel de la commune de Gonesse, détruit le 25 juillet 2000 par le crash du Concorde Air France, a quitté l'Hexagone pour s'installer avec toute sa famille à 17 000 kilomètres, en Nouvelle-Calédonie.
 
La catastrophe aérienne du vol 4590 Air France emportera la vie de 109 passagers et 4 employés de l'hôtel Hotelissimo et mettra également un terme à l'exploitation du Concorde. Une tragédie et un avion supersonique qui marqueront à tout jamais Michèle Fricheteau, la rescapée. Témoignage. 
Le 28 juillet 2000 à Gonesse, Michèle Fricheteau, rescapée et directrice de l'hôtel détruit par le crash du Concorde, conduit la marche silencieuse en hommage aux victimes du Vol 4590 Air France accompagnée de son mari et de sa fille. / © Max PPP
Le 28 juillet 2000 à Gonesse, Michèle Fricheteau, rescapée et directrice de l'hôtel détruit par le crash du Concorde, conduit la marche silencieuse en hommage aux victimes du Vol 4590 Air France accompagnée de son mari et de sa fille. / © Max PPP

Journaliste : "Comment vivez vous ces commémorations des 50 ans du Concorde ?"

Michèle Fricheteau : "Et bien cela nous renvoie à notre vie métropolitaine cela dit c’est normal de commémorer cet avion qui était un mythe pour beaucoup de gens. Même pour nous. Nous aimions l’entendre passer au-dessus de notre établissement (l'hôtel Hotelissimo) en règle générale vers 17h tous les jours."

Journaliste :  "Quel souvenir gardez vous de cet avion ?"

Michèle Fricheteau : "Un souvenir mitigé. Une certaine tendresse pour un avion qui représentait le fleuron de l’industrie française et puis la tristesse qu’il ait terminé sa vie ainsi." (Le déclin de l'avion fut précipité par l'accident du vol 4590 d'Air France en juillet 2000 qui 113 morts.)"

"J’en veux aux hommes qui ont préféré attendre"

Journaliste : "Lors de cet anniversaire, le Concorde est présenté comme un fleuron technologique. Durant le procès de la tragédie de Gonesse, en janvier 2010, vous avez dénoncé la conception de l'avion. Pourquoi ?"

Michèle Fricheteau : "Tout simplement parce qu’il y avait eu déjà des dizaines de crevaisons qui n’ont jamais été prises au sérieux. Il faudra encore une fois mais ce sera le 25 juillet 2000 la fois de trop ! Oui il était chouette cet avion mais il coutait trop cher pour l’entretien. J’en veux aux hommes qui ont préféré attendre un éventuel accident plutôt que de trouver des fonds pour un entretien sérieux. S’ils n’avaient plus de finances pour l’entretenir, il fallait l’arrêter."

"Nous n’oublierons jamais"

Journaliste : "Le Concorde a changé votre vie ?"

Michèle Fricheteau :"On peut dire cela mais pas seulement la mienne, celle de mon mari et de mes enfants. Notre famille vit ici en Calédonie. Nous sommes dans un cocon à l’abri de beaucoup de stress. Nous n’oublierons jamais mais avec le temps tout passe. Le 25 juillet restera pour nous une date que nous soulignons toujours 19 ans après."

Journaliste : "Quelle image garderez-vous du Concorde ? Celle de l'avion flamboyant et celui de Gonesse ?"

Michèle Fricheteau : "Celle de l’avion flamboyant sans conteste".
 

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus