Cyclamed : comment encore mieux recycler les médicaments ?

© BELPRESS/MAXPPP
© BELPRESS/MAXPPP

Plus la peine d'éveiller la conscience écologique des Français concernant le recyclage des médicaments. 78% d'entre eux déposent leurs médicaments non utilisés dans les pharmacies mais le font-ils correctement ? L'association Cyclamed tente de peaufiner son système.

Par Yael Benamou

Dans cette officine, quartier des Pradettes à Toulouse, les pharmaciens n’ont pas besoin d’informer leur clientèle. Tous les jours, leurs clients font la démarche d’apporter les médicaments qu’ils ne consomment plus. Et c’est une obligation pour les pharmacies depuis 2009 de les collecter.
Chaque semaine, le carton de 15 kilos dédié au recyclage est rempli. 
Depuis le 17 juin 2009, les pharmacies ont l'obligation de collecter les médicaments non utilisés.
Depuis le 17 juin 2009, les pharmacies ont l'obligation de collecter les médicaments non utilisés.

78% des Français déclarent déposer leurs médicaments non utilisés en pharmacie. Etude BVA, avril 2019

On sent que nos patients se sentent concernés mais nous devons encore préciser que nous collectons seulement les médicaments et non les notices et emballages qui vont avec 

annonce une pharmacienne.
C’est là qu’intervient l’association Cyclamed qui s’occupe de récupérer les cartons plein de médicaments. Elle leur apporte une valeur énergétique et les transforme en chauffage et éclairage.
Car même non-périmés, ces médicaments ne sont pas réutilisables.

Trier c’est bien… Bien trier, c’est mieux

Parmi les objectifs de communication de l’association, il y a l’apprentissage du tri affiné

Les notices d'utilisation et emballages doivent être séparés du médicament. Tout simplement car ils représentent un volume trop important de déchets et qu’ils peuvent aller dans la poubelle recyclable, 

explique la directrice, Tamara Gosset.

L'association Cyclamed explique ses actions sous forme de vidéos. Un moyen d'atteindre un plus grand nombre.
vidéo cyclamed
 

Est-ce que je peux rapporter mon flacon de sirop ? un tube de pommade ? des cosmétiques usagés ? des produits vétérinaires ? des compléments alimentaires ? 

Ce sont les questions qui sont régulièrement posées. C'est pourquoi l’association communique sur les produits recyclables qu'elle accepte. Comme on le voit sur l'affiche ci-dessous qui montre tous les exemples.
Les produits cosmétiques, les compléments alimentaires ou les produits vétérinaires ne rentrent pas dans la listes des produits transformables par Cyclamed. / © Cyclamed
Les produits cosmétiques, les compléments alimentaires ou les produits vétérinaires ne rentrent pas dans la listes des produits transformables par Cyclamed. / © Cyclamed

Cibler les jeunes

Les jeunes consomment en moyenne moins de médicaments qu’une famille ou qu’une personne âgée. Ils font partie de ceux qui recyclent le moins dans ce domaine.
En mai dernier, l’association a réuni youtubeurs et instagrameurs autour du thème de l’écologie pour essayer de les atteindre. 

La sensibilisation écologique est là chez les jeunes. Mais ils ne savent vraiment comment s’y prendre. Les influenceurs nous ont demandé comment ils pouvaient partager à leur communauté nos actions 

explique Tamara Gosset.

L’association est donc désormais présente sur Instagram, Twitter et Facebook et ouverte aux questions des internautes.


 

La région Occitanie recycle plus ses médicaments que les autres régions. 
Un habitant d'Occitanie rapporte tous les ans 176 grammes de médicaments non utilisés.
En France, c'est 162 grammes par an et par habitant. 

Sur le même sujet

Les images des manifestations à Barcelone

Les + Lus